30 sept. 2009

LA DÉCISION EST-ELLE UN PROCESSUS LOGIQUE ?

Les ressorts cachés
Pendant longtemps, Treca s'est interdit de commercialiser un seul matelas en latex. 
Pour cette entreprise, une des leaders dans le domaine du matelas, sorti du ressort, pas de salut. Certes, elle était en position de force sur ce segment, mais celui du latex se développait. Imperméable à toute logique, sa Direction refusait même d'en discuter. 
Pourquoi une telle obstination ? Parce que cela touchait implicitement à l'identité de l'entreprise. En effet, que veut dire Treca ? Treca est un raccourci pour « Tréfileries Câbleries » : l'entreprise était née autour de son activité de tréfilerie. Aussi le ressort n'était pas seulement un objet pour assurer le confort, c'était la raison d'être de l'entreprise, la justification de son nom. 
S'autoriser à étudier le marché du latex s'était risquer d'abandonner un jour le ressort, prendre le risque de perdre son identité, tuer le père en quelque sorte.



Au milieu des années 80, j'étais à la Délégation à l'Aménagement du Territoire et à l'Action Régionale, au sein de l'équipe en charge de veiller à une meilleure répartition géographique des emplois en France. Une des questions centrales était : pourquoi une entreprise décide-t-elle de localiser là plutôt qu'ailleurs un nouveau projet ? 
Au-delà des critères logiques et connus comme la qualité de la main d'œuvre locale, la desserte en transport ou le coût total, nous avions identifié un critère caché et souvent déterminant : la localisation de la résidence secondaire du ou des décideurs. 
Que se passait-il ? Comme l'analyse des localisations possibles conduisait la plupart du temps à plusieurs options, le choix final allait dépendre de la grille de choix et de la pondération entre les différents critères. Or cette grille et cette pondération étaient très largement subjectives et ne pouvaient être déduites d'aucun manuel de management. A ce moment-là, le ou les dirigeants concernés repensaient qu'eux-mêmes, auraient à aller dans cette usine, et que, si elle n'était pas trop loin de leurs maisons de campagne, ce serait quand même pratique. Sans forcément s'en rendre compte, ils influaient en ce sens au moment du choix.
A son arrivée à la tête de cette grande entreprise, ce dirigeant expérimenté avait eu pour la première fois de sa carrière à faire face à un nouveau secteur d'activités : les enjeux technologiques étaient complexes, le jeu concurrentiel mouvant, le rythme des innovations très particulier, la logique qui en résultait difficile à appréhender. 
Rapidement, il avait été perdu, mais, convaincu de son aura personnelle et dopé par la longue histoire de ses succès, il n'en avait parlé à personne. Il avait cherché à apprendre le plus vite possible toutes ces nouvelles règles du jeu, mais il gardait la nostalgie du secteur qu'il venait de quitter, un peu comme on regrette une terre natale. 
Heureusement, son entreprise était prospère et avait à choisir un nouveau domaine d'activités. Une évidence s'imposa à lui : le secteur qu'il avait quitté, celui qu'il connaissait si bien, était le bon. Une étude stratégique après, la décision était prise : son entreprise allait s'y développer. 
Cette décision étonna bon nombre d'analystes, car le lien entre ce nouveau domaine et les activités historiques de l'entreprise n'était pas évident. Mais la signature apposée au bas de l'étude stratégique était tellement convaincante, la force de conviction du dirigeant tellement grande que personne ne dit rien, et la décision fut prise.

Une entreprise qui ne peut pas décider parce qu'elle a peur pour son identité, une autre qui choisit une implantation parce que la résidence secondaire d'un des décideurs est proche, une troisième qui se lance dans un nouveau secteur parce que son dirigeant en vient. Décidément, la décision ne se prend pas de façon aussi logique qu'on ne le croît souvent.

29 sept. 2009

L’UNIVERS EST UN PIÈTRE JOUEUR DE BONNETEAU


Quand une particule est à deux endroits à la fois

Vous connaissez le jeu du bonneteau. Le principe en est simple : il s'agit d'essayer de deviner où se trouve un objet, dans quelle main ou sous quel gobelet. Tout l'art du manipulateur est de vous distraire en vous faisant suivre la mauvaise main ou le mauvais gobelet. Sans parler des tricheries possibles.

Maintenant je vous demande de suivre une particule élémentaire. Vous soulevez le gobelet de gauche, elle y est. Mais si vous aviez soulevé le gobelet de droite, vous l'auriez trouvé aussi. Et sous le gobelet du milieu également. En fait, il suffit que vous souleviez un gobelet pour qu'elle y soit et qu'elle ne soit pas sous les autres. Mais tant que vous n'avez soulevé aucun des gobelets, elle est sous les trois.

Ainsi si vous jouiez au bonneteau contre l'univers, vous seriez assuré de gagner : quel que soit votre choix, ce serait le bon. L'univers est un joueur de bonneteau qui perd à coup sûr !

Mais là où il se rattrape, c'est que si maintenant vous voulez faire une nouvelle partie avec la même particule, vous ne pourrez jamais avec certitude retrouver la particule initiale. Est-ce la même, est-ce une autre ? Vous ne saurez jamais.

Michel Bitbol développe l'histoire suivante : imaginez que l'on définisse Richard Nixon comme le vainqueur des élections présidentielles américaines de 1968. Que se passe-t-il si le résultat change ? Richard Nixon devient-il quelqu'un d'autre ? Mais s'il n'avait pas gagné, nous saurions ce qui se serait passé et nous aurions une continuité de l'histoire. Nous serions donc alors capables de savoir où se trouve le vrai Nixon. Il suffirait de remonter jusqu'à l'acte de naissance. Pour une particule, si l'on veut rembobiner le temps en arrière, pas de chances : il n'y a pas une seule trajectoire possible, mais une infinité. Comment savoir laquelle est la bonne et d'où venait la particule ? Impossible de répondre avec certitude, impossible de savoir où elle était.

Ainsi si Richard Nixon était une particule, je ne pourrais jamais le définir autrement qu'à partir d'un événement précis comme par exemple son élection, et pas comme celui qui a suivi tel ou tel parcours historique. Et si je le définis comme cela, comme je n'ai aucun moyen de modifier a posteriori le passé, je n'ai aucun risque d'erreur : puisque c'est Richard Nixon qui a gagné l'élection, aucune autre particule ne peut les gagner à sa place. Une fois le gobelet soulevé, l'objet est sous le gobelet et seulement lui.

Continuons à jouer à bonneteau. Comme vous voulez comprendre comment tout cela est possible, vous demandez au maître du jeu de rejouer exactement la même partie. L'Univers vous regarde et répond : « Désolé, je ne rejoue jamais deux fois de suite la même partie. Tout est beaucoup trop complexe, tout bouge. Je peux jouer sans fin, mais rejouer à l'identique jamais. » Dommage donc : rien n'est reproductible.

Maintenant comme vous vous fatiguez de vouloir suivre les particules une par une, vous vous intéressez au suivi global d'un grand nombre de particules. Au lieu de jouer au bonneteau avec une particule, vous suivez un faisceau lumineux. Là plus de problème, vous retrouvez le monde qui vous est familier : la lumière ne peut pas être à deux endroits à la fois ; si vous éteignez et que vous rallumez, vous pouvez reproduire le résultat.

Tout va mieux, votre gueule de bois quantique se dissipe un peu. Il vous reste quand même un arrière-goût. Comme une inquiétude. Mais vous savez que la mécanique quantique ne concerne que les particules élémentaires, alors pourquoi s'inquiéter, n'est-ce pas ?

28 sept. 2009

NE PLUS PRÉVOIR À COUP DE TABLEURS EXCEL

Halte au chamanisme Microsoft

Résumons les principes de la prévision grâce aux tableurs excel :
1. Vous mettez dans un grand tableur les données de dernières années. Ce tableur reprend toutes les données accessibles (volume produit et vendu, chiffres d'affaires, marges à différents niveaux, rentabilité des capitaux…), ce pour chaque unité composant l'entreprise (filiales, régions, lignes de produits). Plus vous avez de détails et d'historique, plus vous êtes satisfaits.
2. Vous analysez toutes ces données grâce à toutes les techniques de modélisation en votre possession pour trouver les lois sous-jacentes qui relient ces nombres entre eux : interdépendance entre les unités, interdépendance entre les données, évolution dans le temps. Au besoin vous êtes quelques analyses de régression, et autres astuces venant de la boîte à outils des statistiques.
3. Grâce à ces lois trouvées, vous projetez la situation actuelle dans le futur à l'horizon visé (3 ans, 5 ans, 10 ans). Ceci vous donne non seulement la valeur à cet horizon, mais définit l'intervalle de confiance à 95%, c'est-à-dire qu'il y a 95% de chances que la valeur réelle soit à l'intérieur de cet intervalle. Vous jetez quand même un œil sur les résultats pour vérifier que vous n'arrivez pas à des « aberrations ». Si vous en trouvez, vous modifiez un peu les lois jusqu'à faire disparaître ces anomalies.
4. Vous faites des tests de sensibilité en faisant varier les hypothèses clés qui sous-tendent les lois appliquées. Compte-tenu de votre expérience, vous appliquez une déformation de +/- 20%, 30%, 40%. Aucune règle précise.
5. Vous savez alors non seulement quelle sera la situation la plus probable à 3, 5 ou 10 ans, mais vous aurez des scénarios l'encadrant.
Quel est le problème de cette approche ? Il peut être résumé brutalement : cette méthode est fausse et dangereuse. Fausse, car contrairement à ce qui est affirmé la situation anticipée ne correspond pas du tout à la situation la plus probable et les scénarios n'encadrent pas non plus le possible. Dangereuse car elle fait croire à la Direction qu'elle a balisé le futur.

Pourquoi est-elle fausse ?

Parce que l'on est incapable de modéliser réellement comment fonctionne la situation actuelle et de tenir compte de toutes les interdépendances. Au mieux, on aura une vision très approximative et loin de l'exactitude.
Parce que la projection de la situation actuelle vers le futur suppose que ce qui a sous-tendu l'évolution passée sera vrai dans le futur, ce qui reste à démontrer. Au mieux, il y aura de faibles déformations. Au pire, tout sera changé.
Parce que, si, dans le futur, les lois passées restaient encore valables, comme les évolutions complexes sont régies par des lois de type chaotique, les approximations sur la situation initiale et sur l'évolution des lois rendent vain l'exercice de prévision, au-delà du très court terme.
Tout ce temps passé à constituer ces fausses prévisions est autant de temps que l'on ne passe pas à observer attentivement la situation actuelle et à réfléchir vraiment sur le futur.

Pire, une fois ces tableaux remplis, quelques mois plus tard, on risque d'oublier comment on les a constitués, ainsi que toutes les erreurs et approximations qui ont été faites. Il ne restera plus que les chiffres annoncés, chiffres qui seront devenus la vision du futur.

Parfois ces chiffres se retrouvent ensuite dans les budgets des années à venir : on va évaluer la performance d'une unité ou d'un manager sur sa capacité à respecter des prévisions, alors que celles-ci sont sans valeur réelle. On entendra à l'occasion d'un comité de direction : « Tout va bien, nous sommes en avance sur nos prévisions. » Ce qui se passe dans le monde réel n'a plus finalement tellement d'importance : l'entreprise s'enferme progressivement dans la virtualité du monde qu'elle s'est construite et qu'elle a imaginé.

Arrêtons donc le plus vite possible ce mode d'approche.

25 sept. 2009

MALGRÉ TOUT, ON ARRIVE QUAND MÊME À SE COMPRENDRE… PARFOIS


La compréhension émerge (suite)

Plus ma mémoire est riche, plus j'ai le souvenir de mes interprétations passés, plus le nombre d'interactions possibles entre tous ces souvenirs et le présent tel que perçu est grand, plus ma compréhension pour être riche. Ainsi elle se construit progressivement au cours de la vie et se sophistique de plus en plus. A tel point que, face à certaines situations, nous savons avoir compris.

Le plus souvent, il ne suffit pas de comprendre soi-même, mais il faut faire partager cette compréhension à un tiers.

Pas facile, quand cette compréhension a émergé et n'est pas le résultat d'un raisonnement simple. Si comprendre se résumait toujours à « Je comprends pourquoi 0+0=0 », ce ne serait pas trop compliqué à expliquer (Quoique… Essayez d'expliquer simplement à quelqu'un pourquoi 0+0 = 0…). Mais ce que nous avons à comprendre est toujours plus complexe.

Souvenir de ce dirigeant pour lequel je travaillais et qui m'avait posé la question suivante : « Pouvez-vous me préciser pourquoi vous voyez cette évolution pour notre marché ? ». 
Comment répondre à cette question ? Comment expliquer d'où me venait la compréhension de la situation et la conviction qui s'en est dégagée ? Un seul moyen : avoir compris que je ne comprends pas « logiquement », mais par « émergence » et l'avouer à mon interlocuteur.
« Je sens que vous avez envie que je vous démontre la solidité de ce que je viens de vous dire, lui répondis-je. L'idéal serait un bon enchaînement logique qui, à partir d'une analyse de la situation actuelle, de prévisions de marché et des actions des concurrents, montrerait ce qui va arriver. C'est bien cela ?
- Oui, vous formulez plus précisément ma pensée, mais c'est bien ce que j'attends de vous.
- Désolé, mais cela ne va pas être possible. Par contre, ce que je peux faire, c'est vous exposer l'ensemble des faits que j'ai réunis, sur votre position actuelle, sur des futurs possibles, sur des hypothèses d'actions des concurrents, sur l'évolution de la société en général. Puis tâcher de vous faire percevoir comment j'en suis arrivé à la conviction que je viens de vous exprimer, il y a quelques minutes. Mais cela reste une conviction, et non pas une certitude. »


Comment alors arriver à bâtir ces compréhensions communes qui vont être indispensables au moment de l'action ? Pas de recettes miracles malheureusement. Quelques conseils simplement :
-    Savoir que la compréhension commune est un but indispensable à atteindre et en même temps illusoire,
-    Toujours faire partager les faits de base sur lesquels repose sa compréhension : c'est le seul moyen d'espérer une compréhension commune émerge.
-    Se confronter sur l'analyse de ces faits pour synchroniser au mieux les interprétations 
Malgré toutes ces difficultés, il est possible de construire des compréhensions communes car, comme l'écrit Wittgenstein  : « Il serait étrange de dire : La hauteur du mont Blanc dépend de la manière dont on le gravit ». Donc on doit pouvoir arriver à se mettre d'accord, le pire n'est pas certain !

24 sept. 2009

DIFFICILE DE COMPRENDRE POURQUOI ON COMPREND

La compréhension émerge

http://www.cyrilalmeras.com/photos/maternite/femme-enceinte.html
Il y a quelques jours, j'écoutais distraitement Europe 1. J'ai souvent la radio qui fonctionne en arrière-plan. Mon oreille « mentale » fut arrêtée par le propos suivant (comme je le cite de mémoire, ce ne sont pas les mots exacts, mais l'idée était bien celle-là) : « Avec un temps de grossesse de neuf mois, comment les hommes et les femmes auraient-ils pu aux temps préhistoriques relier le fait de faire l'amour un jour J avec la naissance neuf mois plus tard ? Le test de grossesse n'existait pas ! Pour eux, cela devait rester mystérieux. Il s'écoule en effet plusieurs semaines avant qu'une femme puisse réellement voir qu'elle est enceinte.»

Amusant non, cette question : comment avons-nous pu comprendre que les enfants naissaient parce que nous avions fait l'amour. C'est évident pour nous aujourd'hui, du moins pour les adultes, mais cela n'a rien d'évident. Mettez-vous un instant dans la peau d'un homme ou d'une femme au temps de la préhistoire : vous faites l'amour avec un ou une partenaire. Puis vous vaquez à vos occupations quotidiennes : un peu de chasse, un peu de bois pour le feu, quelques silex à tailler, une ou deux peintures rupestres. Les jours passent. Un jour, disons deux mois plus tard, vous voyez votre ventre ou celui de votre partenaire grossir. Et là, vous allez vous dire : « Mince, je n'aurai pas dû faire l'amour, il y a deux mois. Cela va faire encore une bouche de plus à nourrir. » ? Vraiment ? Pourtant cela est arrivé : un jour, un homme ou une femme a fait le lien. Comment ? Mystère de la compréhension. Notre corps sait-il pour nous ? Y a-t-il transfert d'informations entre lui et le cerveau, cerveau qui n'est finalement qu'un morceau de ce corps ?

Impossible de parler de langage et de compréhension, sans donner, ne serait-ce qu'un instant la parole à Ludwig Wittgenstein, philosophe clé du début du siècle précédent : « La vache mâche du fourrage, et sa bouse sert ensuite d'engrais à la rose, donc la rose a des dents dans la gueule de l'animal. Il ne serait pas absurde de le dire, car on ne sait pas de prime abord où chercher les dents de la rose. » (Recherches Philosophiques 1953 - Gallimard 2004 p.311). J'aime particulièrement cette « démonstration » qui montre que l'on peut être un philosophe majeur, tout en étant accessible et en ayant de l'humour, et surtout qui est un exemple de raisonnement déviant.

Et pourtant, le raccourci est vrai : puisque la rose s'est nourrie grâce au fourrage, c'est bien qu'elle doit avoir des dents cachées, non ? Aucun d'entre nous ne ferait naturellement cette erreur de compréhension.

Autre exemple, toujours tiré de Wittgenstein (ibid p.61) : « Suppose qu'au lieu de dire à quelqu'un : "Apporte-moi le balai !", tu lui dises : "Apporte-moi le manche du balai avec la brosse qui y est fixée !". La réponse n'est-elle pas : "C'est le balai que tu veux ? Pourquoi donc t'exprimes-tu si bizarrement ?" Comprendra-t-il mieux la phrase sous la forme plus analysée ? »

En un résumé brutal : comprendre les mécanismes sur lesquels repose la compréhension est un art difficile !

Que peut-on en dire ?

Que la compréhension est un processus émergent. Elle est produite par le télescopage d'informations complémentaires et éventuellement simultanées. Notre perception est le résultat de processus de comparaison coopérative, faisant intervenir la forme, la couleur, la taille, la consistance, le mouvement, l'orientation, etc. (voir notamment L'inscription corporelle de l'esprit de Francisco Varela, 1993, p.212 à 232).

(à suivre)

23 sept. 2009

SOUS D’AUTRES PONTS, AUSSI…

Système ouvert, auto-organisation et résilience (suite)
Ceci m'amène à préciser un point manquant : la Seine n'est pas seulement un système formé d'eau qui relie Source Seine à la Manche, c'est aussi un système qui suit quelques règles intangibles : 
- La loi de la pesanteur s'applique.
- Une molécule d'eau est composée de deux atomes d'hydrogène et d'un atome d'oxygène et est soumise à des caractéristiques constantes : température de fusion et d'ébullition, fluidité, volume selon l'état… 
- La capacité ou non de l'eau à se mélanger avec d'autres molécules est définie une fois pour toute. Notamment, les types de relations qui peuvent exister avec les molécules qui composent l'air terrestre, ainsi que le sol sur lequel la Seine va couler, ne sont pas susceptibles d'être modifiées (par exemple, une roche ne peut pas devenir poreuse alors qu'elle était imperméable)
Sorti de ces règles, tout peut se produire et ces règles sont suffisantes pour permettre à la Seine d'exister et de durer, sauf rupture extrême : personne n'a besoin de guider les molécules d'eau qui tombent sur ciel pour les amener à rejoindre la Seine ; personne n'a besoin de décider que la Seine doit sortir de son cours parce que la crue est trop forte ou d'y retourner quand la crue cesse.

La Seine est un système ouvert et auto-organisé. Notre univers est composé d'une multitude de tels systèmes et ce sont eux qui lui donnent une capacité à changer sans se détruire. La plupart de ces systèmes sont beaucoup plus complexes que celui de la Seine. C'est singulièrement le cas de tous les systèmes vivants.


On retrouve toujours les caractéristiques vues avec la Seine :
- Le système suit quelques règles intangibles qui sont celles qui vont garantir son identité et la continuité de son existence.
- Le système est borné par une « peau » qui définit ce qui est dedans ou dehors. Cette peau est souple et changeante. Elle est aussi perméable.
- Il échange continûment avec l'extérieur. Ces échanges peuvent porter sur des éléments matériels (photon, molécules) comme immatériels (données, information.
- Tant que les évolutions externes restent à l'intérieur d'une certaine plage de variation, la survie du système est assurée : il se transforme et évolue tout en restant conforme à ce qui définit son identité.
Chacune des poupées russes qui composent un être humain est un sous-système ouvert auto-organisé. Notamment on trouve des sous-systèmes prenant en charge des fonctions, comme la digestion, la circulation du sang, la respiration. Ces sous-systèmes sont capables de collaborer ensemble pour construire un nouveau sur-système (logique des poupées russes).

Dans le cas de l'être humain, le nombre de sous-systèmes mis en jeu et la complexité du seul sous- système cérébral (compte-tenu de nombre de connexions possibles et de leur capacité à se transformer) aboutissent à ce qu'Edgar Morin appelle l'hypercomplexité.

Finalement, ni ordre complet, ni désordre total, chaque système complexe est suspendu entre ordre et chaos, ou disons qu'il est une réponse ordonné respectant le chaos de l'univers. L'auto-organisation n'est ni un ordre rigide qui serait détruit au moindre aléa, ni un hasard constamment fluctuant. Elle est au cœur du vivant et de sa capacité à faire face à des perturbations non prévues


De la même façon que la Seine n’est pas l’eau qui est en train de passer sous le pont Mirabeau, ni seulement le fleuve qui passe là, comment définir ce qui fait qu’une entreprise reste elle-même quand elle subit une transformation profonde ?
Quand IBM devient une entreprise centrée sur le software et sur la prestation intellectuelle, est-elle toujours IBM ? Quand Total absorbe successivement Fina, puis Elf, est-elle toujours Total ? Quand Veolia nait à partir de la scission des activités environnement issues de la Générale des Eaux redevient-elle la Générale des Eaux sous un autre nom ? Quand France Telecom cesse d’être une entreprise de service public et s’internationalise de plus en plus, est-elle toujours France Telecom ?...
Cette question peut sembler un peu théorique et loin des préoccupations habituelles qui occupent les esprits des dirigeants lors des fusions-acquisitions. Je crois pourtant qu’il est important de chercher à y répondre si l’on veut maintenir ce qui soude une entreprise, ce qui lui permet d’être auto-organisée. Sinon, l’entreprise peut ensuite soit se déliter et se désagréger, soit se rigidifier : aucune Direction Générale ne pourra maintenir de force la cohésion de l’entreprise sans la détruire. Cette identité de l’entreprise doit être partagée par tous. La Seine ne reste un fleuve face aux aléas que parce que toutes les molécules d’eau qui la composent suivent les mêmes règles communes.
D’autres entreprises, comme L’Oréal, Nestlé ou Sony, ont des parcours plus continus et cette question sur la permanence de leur identité ne se pose pas.

22 sept. 2009

SOUS LE PONT MIRABEAU, COULE LA SEINE…

Système ouvert, auto-organisation et résilience
Sous le pont Mirabeau, coule la Seine et nos amours… Laissons passer les amours, et regardons la Seine. Comment la définir ? Qu'est-ce que la Seine ?

Est-ce ces molécules d'eau qui est train de passer ? Non, car, dans quelques jours, cette eau se sera dissoute dans la mer. La Seine n'est pas une quantité d'eau précise, c'est un flux, c'est l'eau qui est passé, passe et passera sous le Pont Mirabeau. Du coup, les mots d'Apollinaire sonnent comme une définition : la Seine est ce qui passe sous le pont Mirabeau. Est-ce à dire que si l'on détruit ce pont, il n'y a plus de Seine ? Comment dans l'exemple de Richard Nixon et de sa définition comme celui qui a gagné l'élection présidentielle américaine de 1968, il faut trouver un mode de définition de la Seine qui ne la lie pas uniquement au pont Mirabeau.

Essayons. Je vous propose de définir la Seine comme un système formé de toutes les molécules d'eau qui se trouvent sur un parcours qui commence à Source Seine sur le plateau de Langres et finit à proximité du Havre, là où elle se jette dans la Manche.

Reprenons ces différents points pour les préciser et voir les problèmes et limites.
- La Seine est un système ouvert qui recueille constamment de l'eau sur tout son parcours et en perd par évaporation dans le même temps. Cette eau le quitte à son extrémité.
- Les limites du système sont suffisamment précises pour que ce qui est la Seine soit parfaitement identifié et de façon unique. Mais elles sont en même temps flous : on ne peut définir exactement où commence et surtout où finit la Seine, à quel moment une molécule d'eau n'est plus dans la Seine, mais dans la Manche. Il en est ainsi aussi pour toute l'eau recueillie sur le parcours : à quel endroit précis, l'eau n'est plus dans un affluent, mais dans la Seine.
- La forme de la Seine est changeante et s'adapte aux situations instantanées : le niveau de l'eau peut monter ou descendre ; elle peut, en cas de crue, sortir de son lit et s'étendre, et ce de façon réversible. Si la géographie se transforme sur son parcours (par exemple lors de la création d'un barrage), son cours sera modifié sans que le système ne soit détruit : elle continuera à relier sa source à la Manche. En cas de transformation définitive, il sera possible de dire que le nouveau cours est bien toujours celui de la Seine, car on pourra tracer continûment cette transformation et que le nouveau cours reliera toujours les deux mêmes extrémités. 
- Par cette définition, tout ce qui voyage avec l'eau, mais n'est pas de l'eau ne fait pas partie de la Seine. La surface de contact de l'eau avec les corps étrangers constitue donc la limite de la Seine, une forme de peau. Cette peau se transforme constamment.

Cette définition permet de résister à la disparition du pont Mirabeau : tant qu'il sera là, la Seine coulera bien dessous ; s'il disparait, je saurai retrouver la Seine. Elle est aussi résiliente aux aléas de la météo et de la géographie : qu'il pleuve beaucoup ou peu, que le Bassin Parisien reste ce qu'il est ou se transforme, la Seine sera toujours identifiable. Elle se sera transformée, mais n'aura pas disparu.

Mais si le niveau de perturbation dépasse un certain seuil, la Seine peut disparaître : s'il ne pleuvait plus de tout, la quantité d'eau pourrait devenir insuffisante pour atteindre la Manche ; si une transformation majeure du relief comme la naissance d'un nouveau massif montagneux intervenait, il pourrait ne plus être possible de relier Source Seine à la Manche en respectant la loi de la pesanteur.

(à suivre)

21 sept. 2009

SÉPARATION ET RÉUNION, DÉSORDRE ET ORDRE SONT INDISSOCIABLES

La vie est faite de poupées russes
Prenez un livre : Il est composé de phrases, elles-mêmes composées de mots, à leur tour composés de lettres. Emboîtement de poupées russes. Chacun de ces niveaux suit des règles qui lui sont propres : seules certaines successions de lettres donnent à des mots et des règles de composition s'appliquent ; toutes les suites de mots n'aboutissent pas à une phrase qui ait un sens et des règles de grammaire doivent être respectées ; la suite des phrases doit aboutir à une histoire, structurée ou non, qui correspond à la signification visée.
Si l'on observe le livre, Il y a des blancs, c'est-à-dire des espaces, qui ne portent en eux-mêmes aucun sens. Pourtant, si vous enlevez ces espaces, vous n'avez plus que des lettres dont n'émergent plus ni les mots, ni les phrases, ni le livre. Ces espaces qui séparent des lettres pour définir le début et la fin des mots créent un nouveau type de lien, un lien entre les mots ainsi définis : ces espaces séparent et réunissent.
De même la membrane qui limite une cellule est ce qui la définit et la circonscrit : sans cette membrane, pas de cellule. Mais cette membrane, c'est aussi ce par quoi la cellule échange avec le reste du monde, avec les autres cellules et avec ces éléments dont elle a besoin pour vivre. C'est aussi grâce à la membrane qu'elle va pouvoir s'unir avec d'autres cellules pour aller composer un groupe de cellules, et progressivement construire le niveau supérieur. A nouveau, la membrane sépare et réunit.

La nature est ainsi bâtie autour de séparations/réunions qui articulent et distinguent. Les deux propriétés sont inséparables et sont réalisées indistinctement : elles donnent vie aux « poupées russes ». Ce sont elles qui contribuent à la solidité de chaque niveau, de chaque « poupée » ; ce sont elles qui assurent les emboitements et les circulations nécessaires entre niveaux.
C'est cette articulation qui permet l'émergence des nouvelles propriétés au niveau supérieur. Finalement, le tout n'est donc pas la simple addition des fonctionnements des parties qui le composent. Il n'est même pas du tout cela : chaque niveau est composé de sous-éléments, mais il a aussi sa propre logique et des propriétés spécifiques émergent, propriétés qui n'existaient pas au niveau inférieur. Un mot n'est pas seulement une suite de lettres, il a un sens propre ; la phrase aussi par rapport aux mots et le livre par rapport aux phrases. On passe des propriétés physiques des atomes aux propriétés chimiques des molécules ; puis de celles-ci aux propriétés biologiques des cellules vivantes ; puis aux propriétés psychologiques du comportement animal et à l'esprit humain ; et enfin aux propriétés sociologiques des groupes humains.


Notamment les propriétés biologiques de la vie acquièrent une caractéristique clé. Au cœur de la vie, se trouvent l'ADN et les acides aminés : l'un, l'ADN, est un système stable, capable de se reproduire, portant en lui mémoire et hérédité ; les autres, les acides aminés, sont multiples, très instables, se dégradent et se recomposent sans cesse selon des impulsions venant de l'ADN. « Autrement dit, il y a deux logiques : l'une celle d'une protéine instable, qui vit en contact avec le milieu, qui permet l'instance phénoménale, et l'autre qui assure la reproduction. Ces deux principes ne sont pas seulement juxtaposés, ils sont nécessaires l'un à l'autre. » (Edgar Morin, Introduction à la pensée complexe, p.99).
Ordre et désordre sont donc indissociables : c'est la présence des deux qui apporte à la vie la capacité à s'adapter, indispensable à inventer par tâtonnements et ajustements successifs, et la continuité, nécessaire à la construction de l'identité et de l'expérience. 
L'entreprise est elle aussi faite de poupées russes emboîtées ; pour vivre, elle a elle aussi besoin de dualité : une forme d'ADN qui va lui apporter stabilité et continuité, des réactifs élémentaires changeants et volatils capables de se composer et décomposer rapidement.

18 sept. 2009

MICROSOFT, IPOD, GOOGLE… DES SUCCÈS FACILES À PRÉVOIR DÈS LE DÉPART ?

Quelques succès improbables…

12 Août 1981, aux États-Unis.

Le tout-puissant IBM annonçait fièrement au monde entier le lancement de son nouveau petit ordinateur, le PC. Personne n'a fait attention à la petite société qui fournissait le système d'exploitation, un obscur Microsoft. Tous les yeux étaient rivés avec admiration sur la seule nouvelle importante : IBM et son PC. Le succès fit immédiat.

22 avril 1993, en Illinois, aux États-Unis.

Peu de monde avait fait attention à la naissance d'Internet. Né au départ pour les besoins de l'armée américaine, repris ensuite par les milieux universitaires et les laboratoires américains, Internet avait commencé à se développer dans le grand public grâce aux liens hypertexte et à quelques premiers navigateurs.

Il fallait vraiment avoir la fibre technologique bien accrochée pour s'en servir : les boites aux lettres email restaient désespérément vides ; regarder un site WEB supposait de s'armer de patience, tellement le chargement des pages était lent (« www = World Wide Waiting » comme on avait l'habitude de le dire) ; une fois téléchargée, la page WEB tant attendue était d'une tristesse affligeante. Cela ne me faisait rien, car on se sentait appartenir à une grande aventure.

Le 22 avril 1993, une équipe de chercheurs de l'université d'Illinois, dirigée par Marc Andreessen, dévoilait Mosaic, un nouveau navigateur. Dans la foulée, Marc Andreessen créait Netscape et lance Navigator.

Le déjà grand Microsoft ne s'intéressait pas alors à Internet, et donc a fortiori pas à la naissance de Netscape. Quelle importance cela aurait pu avoir pour le leader mondial des systèmes d'exploitation et des logiciels de traitement de texte ?

Deux ans plus tard, Microsoft devra se lancer dans une course effrénée, et utiliser au maximum de sa base installée, pour faire un come-back et imposer son navigateur Internet Explorer.

7 Septembre 1998, un garage à Menlo Park en Californie.

Larry Page et Sergey Brin, deux étudiants de Stanford, lançait dans un garage de Menlo Park Google Inc. Soutenus par Andy Bechtolsheim, un des fondateurs de Sun Microsystems, fort d'un pactole d'un million de dollars, ils allaient pouvoir donner une autre dimension à leur moteur de recherche inventé deux ans plus tôt.

Microsoft, de son côté, s'inquiétait de la montée en puissance potentielle du système d'exploitation Linux, ou du navigateur Mozilla, mais restait serein compte-tenu de la puissance de l'assemblage Windows-Explorer-Office. Pas de raison de s'inquiéter. Tout allait bien. Pourquoi se sentirait-il menacé par le développement d'un moteur de recherche ?

23 Octobre 2001, en Californie.

Apple lançait l'iPod. Le monde de la musique regardait sceptique ce drôle d'objet. Probablement un gadget. De leur côté, les spécialistes des téléphones mobiles ne sentaient pas concernés.

Aujourd'hui, là où vous trouvez.

Au fond d'un garage ou dans l'obscurité d'un bureau sont en train de naître de nouvelles ruptures. Mais où ?

Impossible de les repérer a priori, sauf à tomber dessus par hasard. Et encore, comment percevoir leur potentiel ?

17 sept. 2009

UN INDICATEUR UNIQUE DU BIEN-ÊTRE N’A PAS DE SENS

AgoraVoxPasser du suivi du PIB à celui du PNN n'est pas suffisant

La commission sur la mesure de la performance économique et du progrès social vient de remettre son rapport à Nicolas Sarkozy. La presse s'en est fait largement l'écho, et a largement centré ses articles autour du besoin d'avoir « une nouvelle mesure des richesses ».
Ainsi le Monde écrit : « Idée-clé des travaux : mettre davantage l'accent sur la mesure du bien-être de la population plutôt que sur celle de la production économique. Ainsi, au produit intérieur brut (PIB), on préférera le produit national net (PNN), qui prend en compte les effets de la dépréciation du capital dans toutes ses dimensions : naturel, humain, etc. » (article du 14/9/09).
Certes, mais le rapport insiste aussi sur deux autres points, selon moi tout aussi fondamentaux : privilégier le point de vue des ménages (deuxième recommandation) et accorder plus d'importance à la répartition des revenus (quatrième recommandation) (voir les douze recommandations)
En effet nous raisonnons constamment sur des moyennes qui ne représentent le plus souvent que le résultat d'un calcul et masque la réalité des situations.
Quels sont les points communs entre des familles d'agriculteurs d'une région viticole comme le Languedoc, d'ouvriers de la Région Parisienne, d'enseignants d'une petite ville de province, de cadres dirigeants parisiens, de retraités avec une pension du niveau du SMIC à Lyon… Comment peut-on prétendre faire une moyenne entre tous ces cas ? Comment ne voit-on pas que chacune est impactée très différemment par l'évolution des prix, de la production ou des loisirs ? 
Quelques exemples :
- La baisse rapide des coûts complets (en incluant l'amortissement du matériel) d'accès aux télécommunications et au multimédia représente un gain de pouvoir d'achat relatif pour les familles aisées et surtout si elles sont urbaines (les forfaits « tout en un » sont intéressants surtout en zone urbaine et moins en zone rurale et diffuse). Elle n'a pas d'impact positif pour une famille à revenus modestes. Pire, l'attractivité des nouvelles offres, a souvent conduit ces familles à accroître leurs dépenses en s'abonnant à de nouveaux services.
- L'évolution des coûts de carburants concerne fortement les familles pour lesquelles la voiture n'est pas une option, et surtout si elle représente une part importante des dépenses. Toute augmentation peut amener la famille à devoir arbitrer aux dépends d'autres postes, comme par exemple l'alimentation (on ne peut pas se passer de sa voiture pour aller travailler, mais on peut manger plus souvent des pâtes ou du riz…)
- Le poste immobilier pèse peu en milieu rural (héritage familial, moindre coût locatif) et les familles y sont donc peu sensibles à son évolution (sauf si la zone est touristique).
- L'existence ou non d'enfants dans la famille transforme fortement la structure de consommation et donc sa sensibilité aux évolutions : dépenses scolaires, produits spécifiques (couches, équipements enfant, …), taille de la voiture…
- …
Comment peut-on penser que faire la moyenne de tout cela ait un sens? Certes tout indicateur repose sur le rapprochement de situations disjointes et le calcul d'une moyenne. Mais ceci n'est possible que si les situations ne sont pas trop dissemblables, si elles évoluent selon les mêmes logiques. Si vous mélangez tomates,  courgettes et aubergines, cela a un sens, et cela s’appelle une ratatouille ; si vous rajoutez un pneu, un stylo, une enveloppe et une paire de chaussures, cela n’a plus aucun sens ! C’est ce que nous faisons lorsque nous agglomérons des situations familiales aussi dissemblables : nous obtenons un indicateur qui ne veut rien dire.
Il serait donc urgent de ne plus regarder cette moyenne et de commencer par faire une typologie pertinente des familles françaises. Pour la construire, plusieurs variables devraient être croisées : lieu d'habitation, taille du foyer, niveau de revenu,…. Même en étant très simplificateur, on aboutirait probablement à plus d'une dizaine de situations.



Le résultat serait à l'évidence plus compliqué à suivre, mais il aurait un sens ! A vouloir faire simple, on a à des chiffres qui ne veulent rien dire. 
Aussi si demain on avait un indicateur unique du bien-être, même le mieux calculé du monde, il n'aurait aucun sens non plus !


16 sept. 2009

LA ROUE N’EST PAS NÉE PAR HASARD

Tout était prévu dès le départ !

Dans une caverne, Paulo, un adolescent s'ennuie. Il regarde son père et son grand frère d'un air bougon. 
« Non, je n'irai pas à la chasse, dit-il. J'en ai plus qu'assez de marcher dans la forêt. Vraiment, papa, moi, ce n'est pas mon truc. Tu sais bien que je préfère rester à bricoler à la maison et à aider Maman.
- Bon, d'accord pour cette fois, lui répondit son père. De toute façon, nous n'avons pas besoin de grand-chose. »
Paulo sourit, soulagé. Il allait pouvoir continuer à travailler sur son projet secret. Il attendit patiemment que son père et son frère soient partis pour dire à sa mère : 
« Ne me cherche pas. Je vais faire un tour. Tu n'as pas besoin de nouvelles herbes ?
- Non. Mais ne t'éloigne pas trop. »
Paulo sortit, marcha sur une centaine de mètres, souleva un buisson et découvrit l'entrée d'une petite caverne, son repère secret. A l'intérieur, tout un amoncellement de pierres, d'outils divers et de branches d'arbres. Il s'assit et commença immédiatement à saisir la pierre du dessus et à la regarder. Il la prit, posa sa tranche sur le sol, lui donna une petite impulsion. La pierre se mit à se déplacer comme d'elle-même, ce jusqu'à l'autre bout de la caverne.
« Je crois que j'y suis cette fois, pensa-t-il. »
Tout avait commencé, il y a bien longtemps. Lui-même, Paulo ne savait pas bien quand. Il savait simplement qu'il était très petit alors, probablement guère plus de 5 ans. 
La famille était occupée dans la caverne, et lui jouait tout seul devant l'entrée. Il avait faim et n'avait envie de rien faire. Il regardait distraitement la forêt alentour, quand une pierre se détacha et vint rouler jusqu'au ses pieds.
« C'est drôle, cette pierre qui roule, pensa-t-il. Elle est venue toute seule vers moi. »
Il aperçut un peu plus loin ses voisins : ils étaient de retour de la chasse et tirait péniblement sur le sol leur butin.
« La pierre se déplace plus facilement qu'eux, continua-t-il. Dommage que leur butin ne roule pas comme elle. Ce serait moins fatigant. »
Il eut alors comme un éclair dans la tête. Une vision lui était apparue : celle du butin roulant sur des pierres.
Il lui avait fallu de longues années pour mettre en œuvre cette vision : trouver un endroit tranquille pour faire ses expériences ; choisir les bonnes pierres ni trop dures – sinon elles étaient impossibles à tailler -, ni trop tendres – sinon elles se brisaient tout de suite - ; comprendre qu'il fallait réunir les deux pierres par une branche ; avoir l'idée de faire un trou au milieu des pierres pour y ficher la branche ; choisir le bon bois…
Cette fois, il était au bout du chemin. Il le sentait : cela allait marcher. Il s'apprêtait de sortir son invention au grand jour.
Au cours de ces longues années, il avait eu le temps de comprendre la portée de ce qu'il avait inventé. 
Il voyait comment cela allait simplifier tous les déplacements. Il allait falloir aménager la forêt pour créer des zones où les pierres pourraient rouler. Ce serait du travail, cela prendrait des années, mais ils les voyaient ces pistes avec les pierres qui roulaient dessus.
Il savait aussi que bientôt, on pourrait enfin avoir plus de nourriture. Au lieu de se contenter des modestes récoltes de champs voisins, on allait avoir de grand champ : avec ces pierres, quelques animaux bien choisis, on pourrait travailler de grandes surfaces.
Dans ses rêves les plus fous, il avait même vu de ses pierres qui tournaient dans l'eau. Plus besoin de travailler, la force de l'eau allait faire les efforts pour nous. Il se voyait allongé paresseusement dans l'herbe, à regarder la pierre tourner.
Demain, ce serait le grand jour. Il allait montrer à tous, et bien sûr d'abord à son père, ses pierres.
Restait une question en suspend. Comment appeler ces pierres magiques. Il n'en avait pas la moindre idée, mais ce n'était pas l'essentiel…

15 sept. 2009

LES REPAS D'AFFAIRES FINANCENT-ILS LA BAISSE DE LA TVA DANS LA RESTAURATION ?

Il y a un transfert de revenus des entreprises au profit des cafés-restaurants


La baisse présente de la TVA dans les cafés-restaurants s'est traduite par une répercussion partielle, et le plus souvent très partielle, sur le prix public. L'essentiel a servi à améliorer la rentabilité de ces établissements, et, selon ce qui est dit, développer l'embauche. Impossible de vérifier ce dernier point, mais dont acte.

Tout le débat récent a porté sur l'insuffisance de cette répercussion. On a passé sous silence un effet induit, beaucoup plus massif, celui de l'accroissement du coût pour les entreprises.

En effet, les entreprises pouvant se faire rembourser la TVA payé (à  condition qu'au moins une personne étrangère à l'entreprise soit invitée), la baisse de la TVA se traduit de fait par un renchérissement de plus de 10% des dépenses de restaurant, hors boisson.

Je m'explique. Prenez le cas d'une addition de 50 € TTC pour 2 personnes, à l'occasion d'un déjeuner de travail. Précédemment, il ne coûtait en fait pour l'entreprise que 41,81 €, l'entreprise se faisant rembourser les 8,20 € de TVA payée. Aujourd'hui, en admettant que, sur les 50 €, il y ait eu 12 € de vin, et que le restaurateur ait procédé à une baisse de 2% (c'est la baisse moyenne que j'ai pu constater dans le meilleur des cas), le prix est toujours de 12 € pour le vin, et 37,24 € pour la nourriture, soit un total de 49,24 €.

Sur ces 49,24 €, le montant de TVA est de 1,97 € sur la boisson et de 1,94 €, soit un total de 3,91 €. Le nouveau coût est donc 45,33 €, soit une augmentation de 3,53 € ou + 8% !

Ainsi les notes de frais vont augmenter de plus de 5% et probablement autour de 7, voire 8%. Ceci représente une somme non négligeable pour toute entreprise ayant un nombre important de commerciaux. Or je n'ai vu personne en parler et je ne suis pas sûr que les entreprises soient conscientes de cette conséquence. Une discussion récente avec un ami dirigeant me conforte dans cette analyse.

Comme de plus, la tactique des restaurateurs est faire baisser en priorité ce qui est spectaculaire, à savoir le café au bar et un plat du jour, cela concerne moins les notes de frais.

Finalement, ce sont les entreprises qui vont financer une bonne partie de la baisse de la TVA. Et pas seulement l'État. Est-ce volontaire et connu côté État ? Je ne sais pas…

14 sept. 2009

UN DIMANCHE AVEC LEMONDE.FR

Reprise de mes lectures partielles et partiales : le monde.fr, dimanche 13 octobre à13h20

Au moment où Marie-Georges Buffet propose un immense débat d'idées, le PS est ouvert à tous vents
Voilà donc une affaire qui s'amorce bien : le PS, probablement prévenu de l'initiative fédératrice de la n°1 communiste, a déjà ouvert ses fenêtres pour faciliter le débat d'idées.

Pour preuve le « parlement du PS » (au fait, c'est quoi ce parlement ? Les députés socialistes ? Un palais bourbon bis et clandestin ? …) en appelle à une révolution, reprenant une terminologie qui va plaire aux oreilles des communistes.

Renault, toujours aussi opportuniste, a déjà adopté une communication en phase avec ces initiatives : c'est là-aussi les portes ouvertes. Est-ce à dire que les portes ouvertes de Renault sont celles qui se tiennent au PS ? Où est-ce la CGT très présente chez Renault qui les avertit de l'initiative de Marie-Georges Buffet ? Il faut que j'enquête un peu plus là-dessus…

Besson enterre des tests quand Estanguet est sacré champion du slalom

Tout d'abord, je ne comprends pas comment on peut prétendre décerner à Tony Estanguet le titre de champion du slalom. Il est vrai qu'il s'agit de canoë et qu'Éric Besson n'avait pas concouru. On aurait quand même pu remettre à cet artiste du slalom un prix exceptionnel pour sa performance, ces dernières années. Ou a minima, ne pas juxtaposer les deux informations. A moins qu'il ne s'agisse d'une perfidie du maquettiste du Monde, qui sait ?

Ceci écrit, donc Besson enterre des tests ADN. Pourquoi ? Quelques hypothèses :
- Pour qu'ils grandissent et se reproduisent : il pense que l'ADN est le nom d'une espèce végétale
- Par superstition : une cartomancienne rencontrée récemment lui aurait dit que cela porte bonheur.
- Par distraction : il était parti pour enterrer une vie de garçon et à force de faire des zigzags dans tous les sens, il ne sait plus bien ce qu'il fait.
- Pour rien : simplement il s'ennuie et cela passe le temps


Des sites misent sur le poker quand la fille de Berlusconi vante les qualités de son père

Il doit donc s'agir des qualités de Silvio Berlusconi comme joueur de poker. Je ne suis pas moi-même un spécialiste, mais je connais les bases de ce jeu. J'ai compris que bien maîtriser le bluff était important. Or je me demande si Silvio Berlusconi ne flambe pas un peu trop quand il se qualifie de « meilleur président du conseil ».

Je suppose que sa fille sait ce qu'elle dit, à moins que, comme dans les parties truquées, elle ne soit le complice qui assure les relances au bon moment.

Comme je vois que c'est en France que doivent se multiplier les sites de poker, Silvio Berlusconi va pouvoir nous faire profiter de son talent.



Clairvaux à la fois prison et prière

Voilà enfin une bonne nouvelle pour les prisons, et tous ceux qui, comme moi, ont honte des conditions dans lesquelles nous mettons les prisonniers : le gouvernement a trouvé un moyen de financer la remise en état des prisons. Il va faire appel aux ressources des religions, en commençant par la religion catholique.

L'idée d'associer prison et lieu de culte est en effet intelligente, innovante et moderne.

Intelligente, car elle va à la fois dans le sens du salut moral des prisonniers et de la relance de la pénétration du catholicisme qui en a bien besoin.

Innovante, car, vraiment, personne n'avait eu cette idée jusqu'à présent : enfin des responsables politiques qui ne reproduisent pas les erreurs du passé et savent trouver des idées neuves !

Moderne, car cette quête de sens est terriblement contemporaine : heureusement on ne se contente pas de moderniser douches et cellules, de multiplier les places, de fournir un accompagnement psychologique et thérapeutique. Non, on sait que c'est le sens de la vie qui compte, de cette 3ème vie. Dieu saura pourvoir au reste.

13 sept. 2009

ÇA M’ÉNERVE !

Certains défoulements font du bien et sont salutaires
A chacun, ses sujets d'énervements ! Même si les miens ne sont pas vraiment ceux de cette chanson, elle est plutôt drôle et le clip aussi...
Et, à défaut de lâcher-prise, voilà une façon amusante de passer ses nerfs !


11 sept. 2009

LES CONSÉQUENCES DE L’APPARITION DE L’ÉCRITURE ÉTAIENT ÉVIDENTES DÈS LE DÉPART

Quand un petit génie a tout compris du fin fonds de sa caverne

Comme à son habitude, Jojo était assis au fonds de la caverne. Son père le regardait dessiner d'abord sur le sol, puis sur la paroi.
« Il n'y a pas à dire, Jojo, question dessin, c'est vraiment le plus fort, dit-il en se tournant vers sa compagne. Dommage qu'il ne puisse pas parler. »
Jojo leva la tête et regarda à son tour son père.
« Je suis sûr qu'il pense que je ne fais que des dessins, pensait-il. Comment lui faire comprendre que ce ne sont pas seulement des traits, mais des idées. »

Jojo allait bientôt avoir 15 ans. 15 ans sans pouvoir s'exprimer vraiment. Pour faire comprendre qu'il avait faim ou soif, pas de problème. Mais pas moyen de participer à une conversation ou à la vie de la caverne. Muet de naissance, il était muré dans son silence. Du coup, tout le monde – sa famille y compris – pensait qu'il ne comprenait pas quand on lui parlait.

Et ce n'était pas le cas. Jojo comprenait tout ce que l'on disait. Il avait progressivement fait le lien entre les sons et ce qu'il voyait. Comme il ne pouvait pas parler, comme les sons étaient pour lui moins immédiats que les dessins, ils voyaient les gens parler : à chacun des sons, il avait associé un signe. Aussi quand quelqu'un parlait, il dessinait dans sa tête, et parfois aussi sur le sol. Comme en ce moment. Quand Jojo dessinait, c'étaient les paroles de son père qu'il reproduisait.

Là où Jojo enrageait, c'est que personne ne comprenait ce qu'il était en train de faire. Grâce à ses dessins, Jojo pouvait retrouver plusieurs jours après ce que son père avait dit. Lui-même, il pouvait noter ce qu'il aurait dit, faire des commentaires sur les propos des autres.
Rapidement, Jojo avait vu que ces dessins sur le sol étaient trop volatiles : un membre de la famille passait dessus et plus rien n'était compréhensible. Aussi il préférait faire des dessins sur les murs. Plus sûr. Ou alors sur des pierres plates qu'il rangeait ensuite.
Jojo avait une vue très claire de ce qui allait se passer : les signes qu'il avait inventés allaient révolutionner la communication. Avec eux, le stockage devenait possible ; on pouvait se parler à distance, car il suffisait de transporter les pierres. Il entrevoyait l'émergence de nouveaux métiers : ceux qui allaient écrire pour les autres, ceux qui allaient fabriquer ces pierres plates sur lesquelles on pouvait graver facilement et ensuite les transporter.

Il imaginait même que plutôt qu'échanger toute de suite de la viande mammouth contre des peaux d'ours, on pourrait noter sur une pierre que l'on devait pour la viande. Dans ses rêves les plus fous, Jojo imaginait que l'on pourrait donner des pierres gravées en échange du mammouth. Ensuite contre ces pierres, on pourrait obtenir autre chose quand on le voudrait.
Penser à tout cela mettait Jojo dans un état d'excitation maximum : il voyait le futur. Il se sentait devenir devin. Et son père qui croyait qu'il ne faisait que s'amuser à faire des dessins. Comment lui faire comprendre que ces dessins, c'étaient des paroles ?

L'année suivante, Jojo eu un petit frère. Il sut alors qu'il tenait sa solution : son petit frère allait lui servir de traducteur et expliquer à tous le sens de ces dessins. Jojo, rasséréné enfin, se remit à penser au futur : il était plus que temps d'acheter des carrières de pierre avant que le prix n'explose suite à la demande en tablettes…

10 sept. 2009

VERS LE RETOUR DES RAQUETTES MÉTALLIQUES ?

Comment peut-on prévoir les conséquences d'une décision ?

Il est près de minuit et je regarde un nième débat sur la taxe carbone. Les experts de tous bords s'opposent. Chacun a une idée claire de ce qu'il faut faire et des conséquences de la moindre décision. Je suis fasciné par leur prétention à anticiper les conséquences de ces décisions potentielles.
Progressivement, je décroche mentalement et finis par m'assoupir.

Voilà plusieurs mois que nous en étions revenus aux raquettes métalliques. De partout, fleurissaient à nouveau ces objets revenus des temps de Lacoste et rendus célèbre par Jimmy Connors. Finis, tous les cadres synthétiques et surdimensionnés. Le vrai jeu était de retour. La dernière augmentation de la taxe carbone avait été fatale…

Impossible de continuer à dessiner les slaloms comme les années précédentes : les skieurs ne pouvaient plus faire des reprises de carre explosives. Il est vrai qu'avec des skis en bois, plus rien n'était pareil. Il fallait en revenir au style coulé et élégant des années 60. Certains en appelaient même au retour des lanières en cuir, mais les fabricants de fixations automatiques tenaient bon. Pour combien de temps ? …

Le nouvel modèle d'avion était révolutionnaire, les ingénieurs venaient d'accomplir une prouesse : un avion complètement recyclable, plus un gramme de fibre de carbone ou d'une quelconque fibre synthétique. Enfin un avion qui allait toucher une contribution positive au titre de la taxe carbone. Il est vrai que cet avion allait peser environ le triple d'un avion classique et que ceci se paierait en consommation d'énergie. Mais, comme l'avait dit le président à la presse réunie : « On n'a rien sans rien. L'important, c'est le zéro carbone. Nous n'aurons qu'à mettre des panneaux solaires sur les ailes. » Problème, on ne sait pas encore faire des panneaux solaires recyclables…

Le bruit d'un jingle me tire de ma rêverie. Fin du journal. Dernières nouvelles du tournoi de l'US Open : les joueurs ont bien toujours leurs superbes raquettes à effet magique.

Ne vous trompez pas : je ne suis ni nostalgique d'un passé révolu, ni pensant que l'environnement n'est pas une priorité et qu'il ne faut surtout rien faire.
Je « m'amuse » simplement des certitudes de ces prévisionnistes qui ne peuvent faire mieux que tout présentateur de la météo : au-delà de quelques jours, impossible de savoir ce qui va se passer.

Et pourtant il faut bien anticiper. On ne peut pas tirer l'avenir aux cartes ou au loto. Comment faire ?
Je vais prochainement revenir là-dessus.

9 sept. 2009

SEULS LES PARANOÏAQUES Y ARRIVERONT…

Prendre en compte l'incertitude au moment de décider

Classiquement, lorsque l'on travaille sur l'élaboration d'une stratégie, on va construire des scénarios. Chaque scenario constitue un ensemble cohérent d'actions et est bâti pour permettre le choix final. Souvent on a un scenario ambitieux, un prudent et un médian. Ce peut peut-être aussi autour d'options plus fondamentalement différentes (par exemple : lancement ou non d'une distribution intégrée, externalisation ou non de telle fonction…).
On va ensuite chercher à tester la sensibilité de ces scénarios en déréglant les hypothèses faites lors de leur constitution : la croissance du marché, le coût des ressources financières, le nombre de concurrent, une date de lancement…
Mon expérience m'a montré que ces tests se font en déréglant les hypothèses dans des proportions importantes, mais finalement limitées : +/- 10 %, parfois +/- 20 %.
Or selon l'application des mathématiques du chaos, les aléas sont beaucoup plus grands que cela. En fait, ce qui va réellement se passer, on ne le sait pas. Il faut donc tester des variations beaucoup plus fortes que cela.
Ce ne sera pas encore suffisant : ma question à se poser est : « Que pourrait-il arriver de pire ? Y a-t-il un événement qui est susceptible à lui-seul de tout remettre en cause ? Y a-t-il un ou des cygnes noirs potentiels ?
Repenser au titre d'Andy Grove : « Seuls les paranoïaques survivront » et traduisez-le en : « Seuls les paranoïaques y arriveront ». Soyez dans l'état d'esprit suivant : le futur est tellement imprévisible, tant de choses peuvent survenir, qu'il doit bien y avoir un moyen de m'empêcher d'atteindre mon objectif.
Ou formulé autrement : « Ce sera seulement au prix d'un effort continu, d'une attention extrême et de beaucoup d'imaginations que l'on pourra arriver au bord de la mer visée ».
Face à ces risques, à ces événements improbables mais fortement disruptifs, inutile de bâtir à l'avance des plans d'actions détaillés, mais simplement se voir dans la situation d'avoir à faire face à lui : aurait-on le moyen de le voir venir ? Si oui, pourrait-on influer sur lui et le rendre moins dangereux ? S'il advient quand même, quelles sont les marges de manœuvre ?...

Ce mode de pensée est celui de la gestion des risques en milieu industriel : pour mieux maîtriser les risques en matière d'environnement, des scenarios de crise sont étudiés au cours desquels on va faire subir aux installations des crises majeures et voir comment elles peuvent résister. Ceci amène parfois à redimensionner des processus industriels et les rendre redondants pour assurer une continuité en cas de panne.
C'est la même chose qu'il faut faire pour la construction des scénarios stratégiques : trouver les risques majeurs et voir comment y faire face ; se poser la question d'avoir ou non une stratégie redondante, c'est-à-dire répartir ses moyens sur des axes distincts, mais visant la même cible. La productivité apparente peut se trouver dégradée, mais la résilience de la stratégie peut être nettement plus élevée, et donc la productivité réelle, c'est-à-dire en intégrant le coût des risques, meilleure.
Finalement le succès d'un projet global d'entreprise est plus complexe que celui d'une seule installation industrielle : n'est-il pas normal d'être encore plus exigeant en matière de gestion des risques ?
De ce point de vue, attention aux emballements trop rapides et aux consensus immédiats : si l'ensemble de l'équipe de direction est tout de suite convaincue et du même avis, il y a fort à parier que l'on ne va pas sérieusement étudier quels sont les risques et pourquoi on pourrait échouer. Un conseil donc : ne sauter jamais l'étape de la remise en cause et du « Destroy my strategy ». Si tout le monde est convaincu, allez chercher qui ne l'est pas et confier lui l'analyse des risques. Il vous apportera un peu de cette paranoïa qui risque autrement de manquer !

Mais, attention à ne pas tomber dans l'excès et comme l'enfant dont je parlais dans un article ancien à « ne pas refuser à sortir du landau » (lire l'article)
Par exemple, à titre personnel, je marche sans inquiétude dans les rues de Paris. Oui les météorites existent, mais ils sont très hautement improbables et leurs effets tellement dévastateurs que, si on les intègre dans son raisonnement, on ne sort jamais.
Les actionnaires privées ont de ce point de vue un comportement plus efficace que celui des établissements financiers.
Ces derniers ont tendance à vouloir prendre tellement de précautions que la sortie du landau est peu probable. Les actionnaires privés ont une vision meilleure des risques. Est-ce pour cette raison que les entreprises familiales créent plus de valeur et saisissent mieux les opportunités que les autres ? Peut-être…
Finalement en tant qu'individu, nous savons bien que le futur est incertain et pourtant nous agissons et prenons des risques. Avant de nous engager, ouvrons-nous notre ordinateur pour créer un tableur excel et modéliser ce qui va se passer ? Non, n'est-ce pas ? Alors pourquoi le faire dans les entreprises ?

Ayons le culot de penser à partir du futur et de rêver quelles seront les mers possibles, imaginons-nous y aller, peuplons le parcours de monstres de toutes sortes pour voir ce qui pourrait se passer et si, après tout cela, nous sentons une grande envie d'y aller, plongeons !
C'est alors que tout commence vraiment…

8 sept. 2009

À COUP DE MOTS, NOUS INTERPRÉTONS LE MONDE

Impossible de prévoir ce qui est imprévisible !

J'ai toujours aimé jouer sur les mots. Et surtout les prendre pour ce qu'ils veulent dire au premier sens. Ainsi l'expression « prendre les mots au pied de la lettre » m'a toujours amusé, car elle se contredit elle-même : je n'ai en effet jamais vu une lettre avoir un pied. Et vous ? Car si les lettres avaient des pieds, elles pourraient s'échapper des mots qui pourraient se retrouver sans lettres. Quel désordre ! Ces mots avec lesquels je joue, ce sont aussi ceux avec lesquels vous et moi pensons. Donc être exigeant quant à leur sens et à leur exactitude est-ce une perte de temps ?
En effet car les mots avec la mémoire sont les constituants indispensables à toute interprétation mentale.

Sans mémoire, nous serions comme ces nouveau-nés qui ne peuvent comprendre le monde qui les entoure. C'est notre mémoire qui sert de support à notre expérience. C'est grâce à elle que nous pouvons lire ce qui se passe au présent, et construire des scénarios d'action pour le futur. Elle est la brique de base de notre pensée. Une brique bancale comme nous venons de le voir, mais une brique nécessaire. Moins elle sera bancale, mieux ce sera. De toute façon, on fera avec…

Sans les mots, sans le langage, comme pourrions-nous intégrer toutes les informations circulant dans nos neurones ? Que faire des informations diffusées en continu par nos cinq sens, tout ce que nous entendons, voyons, touchons, sentons, goutons la vie ? Comment les rapprocher de ce que nous avons déjà vécu, de ce que l'on nous a raconté, de ce que l'on se souvient ? Comment manipuler des concepts sans ce support ? Comment sans concepts, intégrer tout cela, le confronter à notre mémoire et construire des scénarios pour le futur.

Nos interprétations vont donc être un mélange du passé recomposé, du présent tel que perçu et du futur tel qu'imaginé. Elles vont donc reposer sur des approximations multiples qui viennent s'entremêler pour fournir in fine une décision. De plus ces approximations sont intimement liées à chaque individu car elles reposent d'abord sur l'histoire personnelle, tant dans sa partie réellement vécu que dans tout l'imaginaire associée, puis sur les déformations de la mémoire et de l'analyse de la situation présente. Sans parler bien sûr, de la perception que chacun peut avoir du futur.
Comment donc imaginer que l'on va pouvoir modéliser et prévoir des interprétations individuelles ?

7 sept. 2009

SE SOUVENIR OU L’ART DE FAIRE ET REFAIRE DES PUZZLES EN REDÉCOUPANT DES PIÈCES ET EN EN PERDANT

Chaque fois que je me souviens, je reconstruis ma mémoire

Comment la mémoire fonctionne-t-elle ? Avons-nous dans un coin du cerveau toutes les informations stockées, bien rangées, les unes à côté des autres ? Notre cerveau contient-il de plus une forme de bibliothécaire qui irait chercher le volume qui va bien et au bon moment ? Non pas vraiment. Et même pas du tout.
En fait, nous ne stockons pas un souvenir comme un bloc, mais comme un puzzle à reconstituer le moment venu. Chaque souvenir est décomposé en un très grand nombre d'éléments correspondant en simplifiant d'abord au sens concerné : la partie visuelle va se loger dans la partie du cerveau qui est associée à la vue, la partie auditive dans la partie associée à l'ouïe, etc.
C'est même beaucoup plus complexe. Une question « simple » que j'emprunte à Henri Bergson (L'énergie spirituelle PUF 1996, p.52) : « Que sera-ce, s'il s'agit de l'image visuelle d'une personne, dont la physionomie change, dont le corps est mobile, dont le vêtement et l'entourage sont différents chaque fois que je la revois? Et pourtant il est incontestable que ma conscience me présente une image unique, ou peu s'en faut, un souvenir pratiquement invariable de l'objet ou de la personne: preuve évidente qu'il y a eu tout autre chose ici qu'un enregistrement mécanique. ».
Terriblement vrai, non ? Et pourtant, on nous parle toujours de notre mémoire visuelle, de notre mémoire photographique. Comment cela peut être possible alors tout bouge tout le temps. Penser par exemple à une personne qui vous est  chère. Immédiatement une image d'elle vous vient dans votre cerveau. Et bien une image fixe, pas une image animée. Cette image est gravée en vous à tel point que vous allez reconnaître à coup sûr la personne en question même de loin, même à partir d'un détail ou de l'inflexion de sa voix. Pourtant ce que nous appelons une image n'en est pas une vraiment, non ? Ce n'est pas une photo, c'est à la fois plus flou et plus précis. Plus flou car elle n'a pas tous les détails qu'aurait une photographie à haute définition. Plus précise car elle peut servir de support à une reconnaissance élargie : la personne peut changer des détails de son apparence, avoir d'autres vêtements, vous allez encore la reconnaître.

Décidément, la constitution de notre mémoire est un monde complexe et durablement impénétrable.

Continuons. Donc un souvenir est archivé en une multitude de morceaux.
Que se passe-t-il quand nous nous souvenons de quelque chose ? Est-ce que nous reconstituons le puzzle ? Oui et non.
Oui, nous allons rappeler les morceaux concernés. Mais ce rappel est imparfait. En imageant la réalité, disons que certaines pièces vont manquer et que d'autres vont arriver déformées. Au besoin, vous allez redécouper certaines des pièces pour qu'elles puissent s'assembler entre elles.
Si maintenant, une heure plus tard, le lendemain ou un mois plus tard, vous vous voulez à nouveau rappeler ce souvenir, il vous reviendra avec les déformations faites la première fois, plus les nouvelles que vous allez faire. Mais si vous le rappelez souvent, je vous rassure : au bout d'un moment, vous ne ferez plus de nouvelles modifications.
Donc à chaque fois que je me souviens, je reconstitue et je recrée. Notre mémoire a de l'imagination !
Et cela peut même être pire : si, lors de la mise en mémoire, une émotion forte est venue troublée l'événement, votre souvenir initial peut dès le départ être faussé.
Ainsi comme je l'indiquais dans Neuromanagement, « Imaginons par exemple qu'un bébé ait dû attendre son biberon pendant suffisamment longtemps pour que cela ait constitué une expérience émotionnelle très traumatisante. Supposons qu'à ce moment-là la couleur rouge ait été présente fortement dans son environnement immédiat, alors que d'habitude il ne la rencontrait pas. Cette situation vécue va laisser une trace indélébile avec laquelle il devra vivre toute sa vie : chaque fois qu'il verra la couleur rouge, il ressentira une émotion négative très violente. Or cette émotion est injustifiée puisqu'il s'agit d'une fausse association causale : le rouge n'était pas la cause de la faim, il était seulement présent en même temps. »

Et pour une entreprise, tout ceci ne s'applique évidemment plus ? Tout est rationnellement, stocké, archivé, documenté ? Bien sûr que non ! On est face à la même complexité.
D'abord parce que la mémoire de l'entreprise est largement constituée à partir de celle des hommes qui la compose.
Ensuite, parce que cette mémoire est multiforme, multitechnnique, multipays… Autant de risques supplémentaires de déformation … ou de source d'imagination créative !
Les nouveaux systèmes d'information sont venus apporter une colonne vertébrale à cette mémoire, mais on ne parle alors le plus souvent que de la mémoire des chiffres et des tableaux de bord. Certaines entreprises sont allées plus loin avec la mise en place de gestion documentaire. Mais cela ne reste qu'une partie de la mémoire qui reste très largement au sein des hommes qui la composent.
Pour preuve, cette expression que j'ai entendue des dizaines de fois : « Allez voir untel c'est la mémoire de l'entreprise ». C'est rassurant d'un côté car cela montre que nous sommes loin de systèmes déshumanisés. Mais d'un autre, cela laisse les entreprises vulnérables à de nombreuses pertes de mémoire.
Témoin ce groupe pétrolier qui ne savait plus pourquoi sept de ses filiales de distribution dépendaient d'une direction, et une cinquantaine d'une autre. Cette perte de mémoire – il m'avait fallu remonter l'histoire du groupe aux années 50 pour trouver l'explication (voir « Quand une entreprise vend moins cher à son concurrent qu'à son propre réseau… ») – n'aurait pas été plus grave que cela, si elle n'avait eu une conséquence pour le moins fâcheuse : il vendait le carburant moins cher aux grandes surfaces qu'à son propre réseau ! Surprenant mais authentique. Certaines pertes de mémoire peuvent être fatales.

4 sept. 2009

NON, JE NE PEUX PAS VOUS DÉMONTRER LOGIQUEMENT QUE J’AI RAISON…

Seule l'incertitude est certaine

« Pouvez-vous me préciser pourquoi vous voyez cette évolution pour notre marché, venait de me demander ce dirigeant ? »
- Je sens que vous avez envie que je vous démontre la solidité de ce que je viens de vous dire. L'idéal serait un bon enchaînement logique qui, à partir d'une analyse de la situation actuelle, de prévisions de marché et des actions des concurrents, montrerait ce qui va arriver. C'est bien cela ?
- Oui, vous formulez plus précisément ma pensée, mais c'est bien ce que j'attends de vous.
- Désolé, mais cela ne va pas être possible. »

Il y eut alors un blanc. Comme le bruit d'un silence gêné. Cela faisait maintenant plus de deux ans que je travaillais pour lui, et là, je venais de le prendre de court.

« Par contre, ce que je peux faire, c'est vous exposer l'ensemble des faits que j'ai réunis – sur votre position actuelle, sur des futurs possibles, sur des hypothèses d'actions des concurrents, sur l'évolution de la société en général –, et tâcher de vous faire percevoir comment j'en suis arrivé à la conviction que je viens de vous exprimer, il y a quelques minutes. Mais cela reste une conviction, et non pas une certitude. Donc je ne vous propose surtout pas de la prendre pour argent comptant, mais comme un axe qui peut structurer la réflexion sur le futur. »

Quel chemin personnel, il m'avait fallu pour avoir le « courage » de m'exprimer ainsi, pour affirmer que penser au futur, ce n'était nécessairement prévoir au sens classique du terme, et en tout cas, sûrement pas construire des prévisions de marché à coup de tableurs excel.

Quelques « anecdotes » :
- en 1998, j'ai eu à construire le business plan à 10 ans pour le projet d'un réseau 3G (appelé aussi réseau UMTS) pour un acteur en place. Dans cette étude, j'ai négligé un élément majeur : le Wifi. Pourquoi ? Pour une raison simple : personne n'en avait entendu parler, ou du moins personne au niveau management. En 98, la technologie n'avait pas émergé et n'était connue que des techniciens. Ce n'est que deux ans plus tard que l'on a commencé à en parler et à percevoir son impact. Or il a été majeur, car il a amputé le 3G d'une part importante du revenu envisagé.
- IBM avait-il prévu que ce sous-traitant, à qui il venait de confier le développement du système d'exploitation de son nouveau « personal computer », le fameux futur PC, allait devenir le tout puissant Microsoft ?
- Ce tout puissant Microsoft, comment, quelques années plus tard, a-t-il pu ne pas prévoir l'essor d'internet ? Il a su efficacement ensuite contrecarrer Netscape, mais de justesse.
- Et comment Microsoft a-t-il pu laisser grandir Google ?

Puis-je me permettre de vous poser une question simple et naïve : imaginez-vous à la tête de Microsoft à la fin des années 90. Est-ce que vous vous sentiriez menacé par ce petit groupe d'étudiants qui s'amusent à développer un moteur de recherche ? Est-ce que vous n'auriez pas le regard vissé sur les progrès de Linux ou Apple côté système d'exploitation, ou Mozilla pour les navigateurs internet ? Pour vous préoccuper de Google naissant, il faut d'abord que vous soyez au courant : pas facile de distinguer cette information au sein du brouhaha ambiant. Ensuite que vous perceviez combien cela allait simplifier la vie des internautes, au point que nombre d'entre eux se serviront de Google plutôt que taper l'adresse d'un site internet. Enfin, que vous compreniez que tout ceci allait devenir une machine à cash grâce aux revenus publicitaires.
Qu'en pensez-vous ? Vous auriez prévu la percée de Google ? Vraiment ? Moi pas.

Ainsi au bout de ce chemin personnel, je me suis trouvé arrivé à une conviction : l'incertitude n'était pas réductible, elle était inhérente à la vie des entreprises.

Alors apprenons à vivre avec. Je sais comme cela est dérangeant, pénible et perturbant. Moi aussi, j'aimerais bien pouvoir me reposer sur ces certitudes, sur des prévisions. Mais malheureusement, ce n'est pas possible.
Que faire ensuite ? Jeter à la poubelle toutes les études, toutes les réflexions ? Se contenter pour le fun d'aller voir des cartomanciennes qui vont tirer les stratégies à coup de tarot ?
Non, vraiment pas ! Je crois qu'il est possible de construire des réponses et d'apprendre à vivre avec l'incertitude.
C'est à cela que je me suis attaché…

Un message d'optimisme pour finir cet article : heureusement que l'incertitude est là, car c'est le meilleur garant de nos libertés individuelles et collectives. Oui l'incertitude est un facteur de risque, oui, elle est source de fatigue, mais oui, elle est le moteur de la création et de la vie : quel serait le plaisir de diriger une entreprise si cela pouvait se ramener à la résolution d'une équation ?
 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]