29 janv. 2010

ARRÊTONS DE DÉBATTRE À PARTIR DE FAUX HORIZONS ET D’INDICATEURS QUI N’EN SONT PAS

______ Éditorial du vendredi ________________________________________________________________

Rappel du patchwork de la semaine :
- Lundi : Où l'on voit que Yoda, celui qui est grand sans être un guerrier, peut être la source d'une discussion étonnante avec un douanier français. 
- Mardi : Nous sommes trop nombreux et trop connectés pour nous penser indépendants les uns des autres. Résultat pris dans l'effet cumulé de nos actes individuels, et dans des boucles de rétroactions multiples, nous sommes condamnés au flou. Au mieux, nous pouvons dessiner des possibles.
- Mercredi : Patchwork issu du livre Crise & Mutation, où les questions sur les marques et la consommation viennent s'entrechoquer avec celles sur le sens et la relation au monde. Avec une conclusion : « L'instant présent est tout ce qui nous reste. »
- Jeudi : Qu'y a-t-il entre le flou du long terme et la netteté du présent immédiat ? Rien. Le moyen terme est un horizon inutile et dangereux. Il faut en même temps se penser au futur et agir intensément au présent, et c'est tout.
Ainsi mon billet de jeudi vient-il en contre-point de mon patchwork de la veille : à la différence de Jean-Pierre Crépin et de Charles Antoni (les auteurs de Crise et Mutation), je ne crois pas que l'instant présent soit tout ce qui nous reste. Nous avons aussi la possibilité de comprendre et sentir vers quoi vont les évolutions et quelles sont les mers qui nous attirent. Nous ne sommes pas condamnés à n'être que le jouet des courants.

Quand j'analyse la plupart des débats politiques actuels, je vois qu'ils tombent dans le danger de l'horizon à moyen terme, cet horizon inutile et dangereux. A quoi bon débattre des heures et des jours sur des prévisions à 2 ou 3 ans ?
Ne serait-il pas plus pertinent de se poser collectivement la question de la mer que nous voulons viser ? Dans quel type de société voulons-nous vivre ? Pouvons-nous sortir de notre jungle et cesser de nous organiser sur nos antagonismes ? Comme pour un fleuve, ce n'est pas en partant de la situation actuelle et des courants immédiats, que l'on pourra trouver notre mer et penser notre futur collectif…
En parallèle, pourquoi ne pas analyser intensément la situation actuelle et ce sans préjugés, ni a priori ? A quoi cela sert-il de débattre, pendant des jours et des heures, de chiffres qui n'ont pas d'autre sens que d'être le résultat d'un calcul ? Ainsi comment peut-on parler de « taux de croissance » ou de « taux d'inflation » sans comprendre qu'ils ne représentent pas une réalité, mais juste un calcul, et que, ce faisant, ils nous masquent le réel et nous en écartent…

28 janv. 2010

SE PENSER AU FUTUR, AGIR AU PRÉSENT ET C’EST TOUT !

Ne pas faire de plan à moyen terme

Au-delà de l'horizon du flou, impossible de prévoir ce qui va se passer : au mieux, je peux dessiner des possibles, les organiser dans des scénarios, mais je ne saurai jamais les probabiliser. Trop d'incertitudes, trop d'interférences, Trop de cygnes noirs. (voir « Nous n'aimons pas l'incertitude »« Vive les recettes de cuisine » et « Seuls les paranoïaques y arriveront… »). Je dois seulement chercher quelles sont les mers qui vont attirer le cours des fleuves.
En deçà de cet horizon, je peux prévoir et calculer : je construis des plans d'action, élabore des budgets, répartis les moyens. A quelle échéance commence l'horizon du flou ? De plus en plus tôt car le flou progresse et s'avance vers nous. Pour la plupart des secteurs, il se situe autour de l'année.

Et entre les deux, entre le choix des mers que je vais viser et mes plans d'action immédiats, y a-t-il un horizon intermédiaire ? Puis-je dessiner des plans à moyen terme ? Puis-je m'organiser à l'avance ? 
Non, ce serait non seulement inutile, mais dangereux.
Inutile, car je ne peux pas savoir ce qui va se passer, alors pourquoi passer du temps à faire des plans qu'il faudra refaire ?
Dangereux, car je serai moins disponible pour lire ce qui va advenir réellement, mes plans venant comme un prisme déformer ma lecture de la réalité.
Dans le monde de l'incertitude, il faut simultanément se penser au futur et agir intensément au présent. C'est tout… et c'est déjà beaucoup !

Mais comment peut-on alors articuler plan d'action immédiat et mer visée ? Bonne question. Je vous apporterai ma réponse prochainement…

27 janv. 2010

« CONSOMMATION ET RELIGION SE MARIERONT-ELLES POUR DONNER NAISSANCE AU BURKING (STRING SOUS LA BURKA) ? »

Quand l'économie rencontre la philosophie…

Vendredi soir, à l'occasion de la sortie de son livre, j'ai retrouvé Jean-Pierre Crépin, un ami perdu de vue depuis plus de dix ans. Ce livre court et tendu, préfacé par la philosophe Paule Orsoni, est écrit à deux voix : c'est un dialogue entre Jean-Pierre et Charles Antoni, le premier parlant depuis l'économie et la consommation, le deuxième depuis la philosophie et la réflexion sur le sens.
Une occasion de vous livrer un nouveau patchwork personnel issu de leurs réflexions…
Marques, consommation et croissance
« Les banlieues où la barbarie côtoie l'amour des Marques en sont l'illustration car, comme tu le sais, dans les démocraties de marché, le bonheur des citoyens dépend de la consommation qui dépend de la croissance économique qui dépend de la consommation qui dépend elle-même du bonheur des citoyens. La boucle est bouclée… »
« C'est toute la difficulté d'Olivier Besancenot (fonctionnaire révolutionnaire), hostile à la société de consommation, de porter un message dans des territoires de marques extrêmement forts comme le sont les banlieues. Sous cet angle, il est donc légitime que l'expression d'une révolte sociale se solde par un pillage de magasin de chaussures. En cela nous pouvons considérer que nous avons assisté à la Gare du nord à une émeute consumériste révolutionnaire menée par des gens qui n'avaient plus accès à la culture Nike et Adidas. »
« Que nous aura laissé cette époque mémorable où la consommation des démocraties de Marché se sera heurtée de plein fouet à la religion des républiques islamistes et au terrorisme ? D'immenses interrogations comme : le port du string fait-il partie des droits de l'homme ? J'exagère à peine… En quoi le port du string libère-t-il la femme par rapport au port de la Burka ? Sur la tête ou sur le sexe, ces morceaux de tissus ne sont-ils pas que l'expression d'une domination masculine visant à réduire la femme à un statut d'objet sexuel ? (…) Consommation et religion se marieront-elles pour donner naissance au Burking (string sous la Burka) ? »
« Si l'on avait réellement souhaité cesser d'importer de la pauvreté, peut-être aurait-il fallu exporter de la richesse… cela tombait sous le sens et c'était le prix de la mondialisation heureuse. Aucune démocratie de Marché ne l'a fait. Toutes connaîtront des émeutes consuméristes avec pillage de magasins. »
« Ce ne sont pas les entreprises qui produisent trop, ce sont les consommateurs qui n'achètent pas assez. Ainsi fonctionnent les sociétés avancées et c'est à cela que servait le bonheur payable à tempérament : à garantir la cohésion sociale en assurant la croissance. »
« Car au fond, cette frénésie de la consommation exacerbée et orchestrée à grande échelle est habitée par l'ennui… et il s'agit « de consommer jusqu'à se consumer ». Épuisement total : des richesses naturelles et de nous-mêmes. Sauf qu'une question d'importance se pose sur le sort de ce monde… Faut-il au juste le sauver ? » (Paule Orsoni dans la préface)

Travail et plaisir ?
« Les hommes travaillent généralement trop pour pouvoir rester eux-mêmes. Le travail : une malédiction que l'homme a transformée en volupté. (…) Il est significatif que le travail en soit venu à désigner une activité purement extérieure : aussi l'homme ne s'y réalise-t-il pas – il réalise… » (Sur les cimes du désespoir de Cioran) 
« Bref, ceux qui ne travaillent pas s'ennuient, ceux qui travaillent s'ennuient également. Tous parlent du travail comme une activité extérieure à eux-mêmes… »
Langage, pensée et sens
« Il en est d'ailleurs ainsi pour presque tous les mots qui finissent par ne plus rien signifier. La perte de la langue est le signe avant-coureur de la fin d'une civilisation. »
« Le langage, en conséquence, n'est plus utilisé pour la médiation mais pour la représentation. »
« Nous savons que la pensée est la plus grande force qui nous ait été donnée : employons-la. Penser sa vie au lieu de laisser les pensées nous diriger en toutes circonstances : c'est ce que l'on pense qui produit la réalité finale. »
« Alors, il se rend à la certitude et à l'évidence, que ce qui est connu par lui n'est ni le soleil ni la terre mais ce n'est jamais qu'un œil voyant le soleil, une main touchant une terre, que le monde environnant n'existe qu'à titre de représentation, c'est-à-dire seulement en rapport avec quelque chose d'autre : avec ce qui se représente, à savoir l'homme lui-même. » (Le Monde comme Volonté et comme représentation de Schopenhauer). 
« Le monde est tel que nous sommes et non tel qu'il nous semble être. C'est nous-mêmes qui créons le monde que nous percevons. Rien n'existe à l'extérieur de nous. C'est l'Univers qui est en nous, et non pas nous qui sommes dans l'Univers. » 
« L'instant présent est tout ce qui nous reste. »

26 janv. 2010

L’INCERTITUDE DE NOTRE NEUROMONDE : HYPER-CONNEXION, HYPER-DÉPENDANCE ET HYPER-FLOU

Tout est dans tous et réciproquement

Depuis qu'elle est apparue, la vie avance de possibles en possibles, et, plus l'univers s'est développé, plus il s'est complexifié et moins on peut facilement prévoir les évolutions futures : trop d'interactions entre trop de paramètres, trop de phénomènes régis par des lois du chaos et impossibilité de connaître parfaitement les conditions initiales, présence de la vie et de l'auto-organisation, capacité du monde animal à construire des stratégies adaptatives, apparition de l'homme et de son libre-arbitre, …
Dernièrement avec les technologies de l'information, cette hypercomplexité a franchi un nouveau stade : tous connectés, nous sommes tous codépendants. De plus, nous sommes six milliards d'êtes humains et bientôt neuf. 
Dans le même temps, « notre savoir-faire s'adonne, de plus, depuis un temps assez récent, au façonnage des objets-monde. Un satellite, pour la vitesse, une bombe atomique, pour l'énergie, l'Internet, pour l'espace, les résidus nucléaires pour le temps... voilà quatre exemples d'objets-monde. » (Michel Serres, Hominescence). Aussi l'impact de chacun de nous est-il : grâce aux « objets-monde », il suffit de quelques hommes pour agir sur le monde tout entier. 
Résultat, comme l'écrit toujours Michel Serres (cette fois dans le Temps des crises), « nous dépendons enfin des choses qui dépendent de nous. (…) Ladite mondialisation me paraît aujourd'hui au moins autant le résultat de l'activité du Monde que des nôtres. » Qu'est-ce à dire ? Que nous sommes pris dans les mailles de l'effet de nos propres actes, que la boucle d'interaction entre l'action et ce sur quoi on agit devient prépondérante. Témoin les débats actuels sur le climat et le réchauffement de la Terre, l'eau, la pollution, l'énergie…

Conséquence, l'horizon du flou se rapproche et il devient de plus en plus aléatoire de voir précisément au-delà d'un horizon proche. Très vite, nous ne pouvons prévoir que les grandes tendances, et plus les évolutions précises… et encore.
Plutôt que parler d'horizon de flou, je devrais parler de flou progressif : plus je m'écarte du présent, moins je vois clair. A un moment, le flou est tel que je ne perçois plus que les grandes lignes.
Plus rien n'est certain. Au mieux, nous pouvons probabiliser des scénarios d'évolution, mais, le plus souvent, nous ne pouvons que les dessiner. Et de plus en plus, nous sommes dans le flou total : impossible même de dessiner des scenarios d'évolution…

25 janv. 2010

DANS QUELLE CATÉGORIE, METTRE UN YODA ?

Est-ce une œuvre d'art, un jouet ou seulement un objet en latex ?

« Dans quelle catégorie, allons-nous bien pouvoir le mettre? Vous me dites que c'est un Yoda. Mais qu'est-ce que c'est au juste un Yoda ? »
Celui qui venait de me poser cette question étrange était un fonctionnaire chargé du dédouanement à l'aéroport d'Orly. Pourquoi venait-il de me la poser ?

Parce que je suis un fan de la Guerre des Etoiles, et surtout de Yoda (voir « Que la force soit avec toi » et  « Non, Ronald Mc Donald n'est pas un Jedi ! ».  J'apprécie singulièrement deux répliques de Yoda faites lors de sa première apparition (dans le deuxième film qui est en fait le cinquième – les initiés comprendront …) :
- Lors de sa rencontre avec Luke Skywalker, celui-ci lui dit être à la recherche d'un grand guerrier. Alors Yoda lui répond en riant : « Ahhh ! Un grand guerrier. Personne n'est devenu grand grâce aux guerres. »
- Un peu plus tard, à Luke qui n'arrive pas à soulever par la pensée son aéronef enlisé dans les marécages, et qui a fini par lui avouer qu'il ne croît pas que ce soit possible, il lui dit : « C'est pourquoi tu échoues ».

Je suis suffisamment fan pour que, il y a plus de dix ans, à l'occasion d'un voyage aux États-Unis, j'ai fait l'acquisition d'un Yoda en latex, grandeur nature (ce qui restait d'une taille raisonnable, Yoda étant grand par la pensée et la force, mais pas par sa taille comme tout un chacun le sait… ou devrait le savoir). Comme je faisais un voyage professionnel avec plusieurs haltes, j'ai alors dû me le faire expédier à Paris.
Ce que je n'avais pas prévu, c'est qu'une fois arrivé, j'allais avoir à le faire dédouaner. Et me voilà donc dans ce bureau situé dans la zone de fret de l'aéroport d'Orly, ayant cette conversation quelque peu surréaliste, conversation dont l'objet était de déterminer dans quelle catégorie, on pouvait mettre un Yoda.
Mais était-ce un objet en caoutchouc, une œuvre d'art, un jouet … ? Par respect pour ce qu'il représentait, il ne pouvait être question d'accepter qu'il fut considéré comme un jouet.
Le fonctionnaire, amusé, fut conciliant et accepta de choisir finalement la catégorie pour lesquels les droits de douane seraient les moins élevés. Conscient du crime de lèse-majesté, mais voulant en finir, j'acceptais. 

Depuis ce Yoda, trône au-dessus de ma télévision…

22 janv. 2010

SANS COMPRÉHENSION NI VISION COLLECTIVES, NOUS RÊVONS D’UN PASSÉ, D’UN PRÉSENT ET D’UN FUTUR, TOUS TROIS IMAGINAIRES

______ Éditorial du vendredi ____________________________________________________________________________________

Rappel du patchwork de la semaine :
- Lundi : Toute interprétation est contingente. Si nous n'y prenons pas garde, nous cherchons dans ce que nous observons ce que nous croyons savoir. Aussi les mêmes faits ne seront-ils pas compris de la même façon, et seule une « approche d'historien » peut-elle s'approcher du réel.
- Mardi : En prenant appui sur le système Facom qui reposait sur un catalogue et des camions apparemment inutiles, on peut prendre conscience que des approches simplistes de productivité peuvent conduire à la mort : l'anorexie n'est pas une preuve de bonne santé.
- Mercredi : Nous naissons en continu et non pas seulement le jour de l'accouchement ou de la fécondation. Entreprises comme individus se composent sans cesse au hasard des rencontres, des décisions et des apprentissages. Notre identité est ce sentiment de continuité qui nous fait relier nos états passés à notre présent et notre futur possible.
- Jeudi : La vision et la compréhension des risques futurs ne doivent pas nous amener à rester dans notre landau. Fort de leurs expériences et de leurs expertises, entreprises comme individus, doivent sentir où sont les mers et se lancer dans le mouvement des flots qui les y conduisent.

Bon nombre des réflexions et travaux portant sur l'évolution de la société française pêchent par une mauvaise prise en compte de ces différents éléments :
- L'évaluation de l'efficacité des structures publiques : Bien peu d'analyses sont menées en prenant le soin d'une approche de type « historien » qui va s'en tenir au maximum aux faits et qui va confronter les points de vue. Souvent les analyses expriment les a priori de ceux qui les mènent, sans parler des manipulations… Attention aux approches simplistes de productivité : comme pour les individus et les entreprises, un État anorexique n'est pas un État en bonne santé. Nous sommes ainsi en déficit d'une compréhension commune et partagée de notre présent.
- La réflexion et le débat sur l'identité française : Ils tombent à tout moment dans le risque de vouloir figer cette identité, au lieu de la penser en dynamique. En quoi la notion même de France est-elle porteuse de sens pour demain ? Comment relier cette idée d'un futur, cette mer que collectivement nous visons, à notre passé ? Comment notre identité collective peut-elle nous aider à vivre cette transformation ? 
- Le principe de précaution : Nous sommes tellement en déficit d'adhésion à un projet collectif, nous ne savons tellement plus quelle mer viser, nous avons tellement peur du futur, que nous refusons collectivement de bouger tant que nous ne sommes pas certains de ne courir aucun risque. Faisons attention, car si cela continue, nous n'apprendrons plus les nouvelles « marches » nécessaires à notre évolution et nous nous anesthésierons dans le rêve d'un landau fictif et perdu.

21 janv. 2010

N’AYONS PAS PEUR DU MOINDRE BATTEMENT D’AILE D’UN PAPILLON

Attention à la paranoïa paralysante

« Il se met à marcher, à parler, à adopter cent attitudes inutiles par lesquelles il espère s'en sortir. Non seulement il ne s'en sort pas, mais il empire son cas. Plus, il parle, moins il comprend, et plus il marche, plus il fait du surplace. Très vite, il regrettera sa vie larvaire, sans oser se l'avouer. (…) C'est la vie qui devrait être tenue pour un mauvais fonctionnement. » Ainsi s'exprime Amélie Nothomb, dans la Métaphysique des tubes

Il est vrai que, compte-tenu de tous les risques, est-il vraiment raisonnable de sortir de son landau ? (voir « Non, je ne marcherai jamais : c'est beaucoup trop dangereux ! ») Pourtant, il va bien falloir le faire, non ? On ne peut pas rester immobile, tétanisé dans son landau.
Au moment d'évaluer une stratégie, il faut développer suffisamment de paranoïa pour identifier les ruptures majeures improbables, mais il faut ensuite savoir se décider à agir et choisir les risques que l'on va accepter de courir.

Premier moyen pour éviter de tomber dans la paralysie de l'action : ne pas tomber dans la paranoïa du signal ultra-faible. On ne doit prendre en compte dans l'analyse des risques que les ruptures majeures. 
Inutile d'avoir peur au moindre papillon qui viendrait à battre des ailes (voir « Ne nous laissons pas berner par la magie des battements de l'aile d'un papillon »). Avez-vous peur quand vous marchez dans les rues d'une ville quelconque de prendre un météorite sur la tête ? Non, n'est-ce pas ? Vous marchez confiant, sans lever les yeux vers le ciel sans arrêt pour voir si un météorite n'est pas en train de tomber. Vous savez que cet événement hautement improbable, mais statistiquement possible, est suivi par les télescopes. 

Ensuite, avoir suffisamment d'expérience, de professionnalisme et de connaissance de l'entreprise et de ses marchés, pour faire confiance à la capacité de réaction et d'adaptation.
Plus l'équipe de direction sera récente, et le poids des actionnaires centrés sur le court terme, moins l'entreprise ne bougera : un réflexe de précaution excessif va jouer. Au vu de certains comportements provoqués par la crise, on a même parfois l'impression que, face à tous les risques potentiels, certains voudraient pousser l'entreprise à retourner dans son landau !
A l'inverse, plus l'équipe de direction sera en place depuis longtemps, plus les actionnaires auront une préoccupation à long terme, et meilleure sera la prise de risque. 

(Sur le même thème, voir aussi : « Seuls les paranoïaques y arriveront… »)

20 janv. 2010

COMMENT SAVOIR QUAND NOUS SOMMES NÉS ?

L'identité n'est pas figée, mais se construit continûment

Une question : Quand sommes-nous réellement nés ? La réponse est évidente, non ? Au moment de notre naissance, c'est-à-dire lors de l'accouchement de notre mère. 
Certes, cette réponse est juridiquement incontestable. Mais, si l'on prend ceci comme définition, cela veut donc dire que nous acceptons de faire démarrer notre origine d'un élément qui nous échappe. De plus, en quoi le fait que l'accouchement ait lieu un jour plus tôt ou plus tard, change-t-il en quoi que ce soit notre existence propre ? Notre naissance débute-t-elle vraiment au moment où l'on coupe le cordon ombilical ? Est-ce cette notion d'autonomie et d'indépendance qui compte ? Pourquoi ne pas prendre le sevrage alors ? 
Après notre naissance, nous allons continuer à évoluer et à changer continûment : acquisitions successives du langage, de la motricité, de l'écriture… Chaque étape de notre vie va nous transformer, et notre identité n'est jamais fixe : chaque événement vient modifier le circuit de nos synapses, des connexions cérébrales se renforcent, d'autres s'affaiblissent, de nouveaux neurones apparaissent,… Comment décider que ce que nous sommes aujourd'hui a commencé un jour précis : je ne parle pas depuis le jour de ma naissance mais depuis le jour où j'ai effectivement commencé à parler, idem pour la marche, … Nos origines sont multiples et nous sommes l'enveloppe de toutes ces origines.
Si l'on remonte en amont de l'accouchement, nous aurons tendance à rattacher notre naissance au moment de notre conception, quand un spermatozoïde a fécondé un ovule. Notre naissance serait celle de l'œuf à l'origine du fœtus. C'est effectivement ce qui a défini notre patrimoine génétique. Mais à nouveau, notre identité est largement conditionnée par ce qui va se passer en aval, entre ce moment de la conception et l'accouchement : le développement du fœtus va dépendre de l'alimentation de sa mère et de toutes les variables d'environnement. 
Finalement on peut faire l'analogie avec un fleuve : la Seine prend sa source à Source-Seine, sur le plateau de Langres en Côte-d'Or, et donc en ce sens, on peut dire que c'est là que la Seine est née. Mais si je regarde toute l'eau qui passe à Paris, sous le pont Mirabeau, quasiment aucune de ces molécules ne vient de cette source. Si une de ces molécules pouvait parler et réfléchir, accepterait-elle que l'on dise qu'elle est « née » à Source-Seine ? Probablement non ! Pour nous, c'est différent, car nous avons une sensation de continuité et de responsabilité au cours du temps : nous nous sentons être celui que nous étions une semaine, un mois ou un an avant. Nous acceptons même d'être responsables de notre passé…

Il en est de même pour une entreprise : elle se transforme sans cesse, elle consomme des produits et en crée d'autres, elle intègre des individus et se séparent d'autres, elle crée des alliances avec certaines entreprises et en attaque d'autres… Elle vit. Quand est-elle née ? Qu'est-ce qui est à l'origine de son existence actuelle ? Y a-t-il une continuité historique et un sentiment de responsabilité dans le temps et l'espace ? Comment existe-t-elle en tant que système collectif, et non pas comme une collection d'individus juxtaposés ? Qu'est ce qui fait son identité ? Quand IBM devient une entreprise centrée sur le software et sur la prestation intellectuelle, est-elle toujours IBM ? Après avoir absorbé successivement Fina, puis Elf, Total est-il resté Total ? 
Quand Veolia nait à partir de la scission des activités environnement issues de la Générale des Eaux redevient-elle la Générale des Eaux sous un autre nom ? Quand France Telecom cesse d'être une entreprise publique et s'internationalise de plus en plus, est-elle toujours France Telecom ? Quand BSN devient Danone s'agit-il d'une création nouvelle ou d'une transformation d'une identité ?

19 janv. 2010

POURQUOI DÉPENSER AUTANT D’ARGENT DANS UN CATALOGUE ET DES CAMIONS QUI NE VENDENT RIEN

Un avantage marketing ne doit pas financer des usines obsolètes

Facom a été pendant de longues années l'entreprise leader de l'outillage à main. Sa force reposait sur la qualité de ses outils, et leur adéquation aux besoins des ouvriers, notamment de maintenance. Cette performance était soutenue essentiellement par deux leviers marketing : le catalogue et les camions de démonstration.

Le catalogue était « la bible de l'outillage » pour les ouvriers et techniciens : il comprenait non seulement toutes les offres Facom, mais surtout des explications générales pour chaque famille d'outils, avec photos à l'appui. Doté d'une couverture de qualité et extrêmement résistante, réalisé avec soin par des spécialistes, il était donné gratuitement dans toutes les usines. Quand on circulait dans les ateliers, il n'était pas rare de voir un ouvrier en train de le feuilleter.

Remplis d'outils présentés comme sur un linéaire de magasin, les camions sillonnaient la France, allant d'usine en usine. Leur visite était attendue par les ouvriers et techniciens de maintenance, car elle leur permettait de toucher directement les outils et d'avoir une discussion avec un spécialiste de la marque. Les camions étaient de fait des catalogues vivants et itinérants.

Or ni le catalogue, ni les camions n'étaient des moyens de vente directe : on ne pouvait pas commander à partir du catalogue, on ne pouvait pas acheter dans les camions. Toutes les commandes passaient par des distributeurs indépendants et spécialisés : le catalogue comme les camions renvoyaient vers eux. Catalogue et camions étaient là pour soutenir le premium de la marque, donner envie aux ouvriers d'acheter et faciliter les ventes pour les distributeurs.

Grâce à cela, Facom pouvait défendre des prix nettement plus élevés que ses concurrents directs (au moins 50% d'écart de prix). Cet écart de prix n'avait pu être créé, puis défendu que, d'une part à cause de la qualité des outils, d'autre part de ce double apport marketing. C'est cet écart de prix qui permettait à Facom de financer catalogue et camions, tout en conservant in fine une meilleure rentabilité.

Mais comme, dès les années 80, Facom a laissé déraper ses coûts industriels et a consacré une part croissante de l'écart de prix au comblement de ce handicap de prix de revient, elle a insuffisamment développé le catalogue et les camions. Quand, dans les années 90, la situation a commencé à se dégrader, il a été tentant de commencer à diminuer les dépenses qui ne créaient pas directement du chiffre d'affaires : à quoi bon, dépenser autant d'argent pour un catalogue et des camions qui ne vendent pas ? Le cercle fatal était enclenché. Aujourd'hui Facom a perdu son indépendance et a été rachetée en 2005 par Stanley.

« Moralité » : attention aux approches simplistes de productivité. Certaines, comme les mauvais régimes alimentaires, peuvent conduire à la mort.

18 janv. 2010

ON EST TROMPÉ PAR SES CONVICTIONS OU SES INTÉRÊTS

Quatre récits, quatre interprétations, une seule vérité

Dans "Le Cercle de la croix", Iain Pears donne successivement quatre interprétations des mêmes faits : Nous sommes en 1663 à Oxford et le professeur Grove a été assassiné. Que s'est-il passé ? Pourquoi a-t-il été tué et par qui ? Quels sont les rôles respectifs de tous les personnages qui tournent autour ? …
Quatre personnes présentes à ce moment-là à Oxford, et directement impliquées dans les faits, vont tour à tour expliquer ce qui, selon elles, s'est passé.
Parmi les quatre récits, seul le dernier approche la vérité : c'est celui d'un historien qui détient directement une partie de l'énigme, et qui sait, sans affect et sans biais personnel, analyser la situation et les agissements de chacun. 
A l'opposé, le premier récit est faux, mais, non pas parce que celui le fait se trompe, mais parce qu'il veut nous tromper : il n'a pas écrit sa version des faits pour donner les clés de la réalité, mais pour contribuer à la dissimulation de ses propres actes.
Les deux autres récits sont aussi inexacts, mais « de bonne foi » : trompés par la force des émotions qui les animent – la volonté de blanchir à tout prix l'honneur de son père pour l'un, l'obsession du complot pour l'autre –, ils ne regardent les faits sans a priori, mais sont à la recherche de ce qui peut nourrir leurs causes.
Au-delà de la qualité intrinsèque du livre – à la fois excellent roman historique et suspense policier –, il montre brillamment comment une même situation peut être vue différemment et comme il est facile de se laisser embarqué par ses propres convictions ou intérêts.

A garder en mémoire dans la vie quotidienne des entreprises : seule l'attitude d'un historien qui s'en tient aux faits et confronte les analyses peut permettre d'approcher le sens caché…

15 janv. 2010

COMMENT IMAGINER UN MONDE PEUPLÉ DE 50% D’HOMMES EN PLUS, AVEC LE MAINTIEN DES ÉGOÏSMES ET L’ABSENCE DE PROJETS COLLECTIFS ?

______ Éditorial du vendredi ____________________________________________________________________________________

J'inaugure à partir d'aujourd'hui une nouvelle rubrique hebdomadaire : « l'Éditorial du vendredi ». Son objet : reprendre les articles de la semaine en les rapprochant de l'actualité et/ou des débats de société actuels (en France et ailleurs). Il s'agira donc à la fois d'une synthèse reliant les quatre articles précédant et d'une remise en perspective de l'ensemble. Si vous avez des remarques sur cette rubrique, ou sur tout autre sujet concernant mon blog, n'hésitez pas à écrire un commentaire !

Rappel du patchwork de la semaine : 
- lundi : Face à l'accroissement de l'incertitude, nous sommes ballottés entre deux types de réponses extrêmes. D'une part, le renforcement du contrôle : l'incertitude est la preuve d'un manque d'efficacité, il faut plus de volonté et d'anticipation. D'autre part, le laisser faire : il est illusoire de construire un projet, il faut seulement tirer parti en temps réel de ce qui se passe. Comment peut-on sortir de cette tenaille ? Ma réponse en forme de teaser : se fixer pour objectif une mer qui sera un attracteur stable dans les aléas de l'incertitude…
- mardi : Quand un fleuriste lyonnais invente le package de la naissance à la mort.
- mercredi : La théorie de la complexité apprend que, quelle que soit la situation, toute pensée, analyse ou action est contingente. Personne - dans l'entreprise ou ailleurs - ne peut prétendre détenir à lui seul une quelconque vérité absolue. L'efficacité suppose la prise en compte de la partialité de son propre point de vue et de la nécessité de la confrontation.
- jeudi : Dès 1955, Claude Lévi-Strauss mettait l'accent sur les risques liés à l'accroissement de la population humaine et sur ceux de la fermeture des espaces et des frontières (l'immigration voulue comme levier de progrès par les premiers habitants de la Nouvelle Angleterre versus la capacité de la France à s'ouvrir au monde musulman) 

Tout ceci vient en écho de trois questions majeures actuelles :
- La montée des questions relatives à l'environnement : Ne sont-elles pas d'abord largement liées à la croissance accélérée de la densité humaine (2,5 milliards en 1950, 6 en 2000, 9 prévus pour 2050) ? Ne devrions-nous d'ores et déjà penser comment faire face au défi d'un monde peuplé de 50% d'hommes et femmes supplémentaires ?
- Le débat sur l'identité française et la montée de l'anti-islamisme: Essayons de prendre le temps d'imaginer ce que nous serions si nous avions suivi la recommandation de Claude Lévi-Strauss faite en 1955 : si la France avait ce pari de l'ouverture en direction du monde musulman, nous serions certes différents, mais ne serions-nous plus riches et moins vulnérables face à toutes les tensions qui montent actuellement ? Avons-nous gagné en ayant choisi la fermeture et le repli sur l'hexagone ?
- Le flou du discours politique et son incapacité à fixer des objectifs : Encore plus que les entreprises, les États n'oscillent-ils pas entre les deux tentations, celle du sur-contrôle et celle du laisser-faire ? Comment pourrait-on créer les élans collectifs nécessaires à la prise des transformations en cours (accroissement de 50% de la population, mouvements migratoires, environnement…) si on reste dans des projets centrés sur le court terme sans perspectives ? Comment pourrait-on redonner son lustre à la prospective et à l'identification des mers vers lesquelles convergent les évolutions ?

14 janv. 2010

« EN DEVENANT TROP NOMBREUSE, UNE SOCIÉTÉ NE SE PERPÉTUE QU’EN SECRÉTANT DE LA SERVITUDE »

Plus de cinquante ans après, Tristes Tropiques est toujours d'actualité…

La lecture de Tristes Tropiques, le célèbre livre de Claude Lévi-Strauss, montre à quel point, il a pu être visionnaire et poser à l'avance de bonnes questions. 
Lisez ces quelques extraits ci-dessous, en gardant en tête que ceci a été publié en 1955…

Sur les conséquences de l'accroissement de la densité humaine 
« (Ce mélange de méchanceté et de bêtise) se mettait à sourdre comme une eau perfide d'une humanité saturée de son propre nombre et de la complexité chaque jour plus grande de ses problèmes, comme si son épiderme eût été irrité par le frottement résultant d'échanges matériels et intellectuels accrus par l'intensité des communications. (…) Toutes ces manifestations stupides, haineuses et crédules que les groupes sociaux sécrètent comme un pus quand la distance commence à leur manquer. »
« Ce grand échec de l'Inde apporte un enseignement : en devenant trop nombreuse et malgré le génie de ses penseurs, une société ne se perpétue qu'en secrétant de la servitude. (…) Ce qui m'effraie en Asie, c'est l'image de notre futur, par elle anticipée. Avec l'Amérique indienne je chéris le reflet, fugitif même là-bas, d'une ère où l'espèce était à la mesure de son univers et où persistait un rapport adéquat entre l'exercice de la liberté et ses signes. »

L'écriture a-t-elle été un levier de progrès ou d'asservissement ?
«  La possession de l'écriture multiplie prodigieusement l'aptitude des hommes à préserver les connaissances. On la concevrait volontiers comme une mémoire artificielle, dont le développement devrait s'accompagner d'une meilleure conscience du passé, donc d'une plus grande capacité à organiser le présent et l'avenir (…) Pourtant, rien de ce que nous savons de l'écriture et de son rôle dans l'évolution ne justifie une telle conception. (…) Cette immense entreprise (de création de l'agriculture, de domestication des animaux et d'autres arts) s'est déroulée avec une rigueur et une continuité attestées par le succès, alors que l'écriture était encore inconnue. 
« Telle est, en tout cas, l'évolution typique à laquelle on assiste, depuis l'Égypte jusqu'à la Chine, au moment où l'écriture fait son début : elle paraît favoriser l'exploitation des hommes avant leur illumination. (…) Si mon hypothèse est exacte, il faut admettre que la fonction primaire de la communication écrite est de faciliter l'asservissement. (…) L'action systématique des États européens en faveur de l'instruction obligatoire, qui se développe au cours du XIXe siècle, va de pair avec l'extension du service militaire et la prolétarisation. La lutte contre l'analphabétisme se confond ainsi avec le renforcement du contrôle des citoyens par le Pouvoir. Car il faut que tous sachent lire pour que ce dernier puisse dire : nul n'est censé ignorer la loi. »

Sur le besoin d'ouverture de la France
« En face de la bienveillance universelle du bouddhisme, du désir chrétien de dialogue, l'intolérance musulmane adopte une forme inconsciente chez ceux qui s'en rendent coupables ; car s'ils ne cherchent pas toujours, de façon brutale, à amener autrui à partager leur vérité, ils sont pourtant (et c'est le plus grave) incapables de supporter l'existence d'autrui comme autrui. (…) Chez les musulmans comme chez nous (Français), j'observe la même attitude livresque, le même esprit utopique, et cette conviction obstinée qu'il suffit de trancher les problèmes sur le papier pour s'en être débarrassés aussitôt. A l'abri d'un rationalisme juridique et formaliste, nous nous construisons pareillement une image du monde et de la société où toutes les difficultés sont justiciables d'une logique artificieuse, et nous ne nous rendons pas compte que l'univers ne se compose plus des objets dont nous parlons. »
« Si, pourtant, une France de quarante-cinq millions d'habitants s'ouvrait largement sur la base de l'égalité des droits, pour admettre vingt-cinq millions de citoyens musulmans, même en grande proportion illettrés, elle n'entreprendrait pas une démarche plus audacieuse que celle à quoi l'Amérique dut de ne pas rester une petite province de monde anglo-saxon. Quand les citoyens de la Nouvelle-Angleterre décidèrent il y a un siècle d'autoriser l'immigration provenant des régions les plus arriérées de l'Europe et des couches sociales les plus déshéritées, et de se laisser submerger par cette vague, ils firent et gagnèrent un pari dont l'enjeu était aussi grave que celui que nous refusons de risquer. »

13 janv. 2010

« LE MANAGER DOIT ÊTRE CONSCIENT QUE LES CLÔTURES IMPOSÉES ONT UN CARACTÈRE ARTIFICIEL »

Extraits d'un document du programme européen « Modélisation de la complexité »

L'Association pour la Pensée Complexe a mis en ligne toute une série de documents issus du Programme européen MCX "Modélisation de la Complexité" (http://www.mcxapc.org/)
On peut notamment trouver là un document intitulé « Stratégie des organisations et complexité : quels principes et quelles modalités d’action pour le management stratégique dans la complexité ?  » (http://www.mcxapc.org/docs/dossiermcx/dossier14.pdf). C'est un dossier construit par M.J. Avenier, F. Lacroux, L. Nourry, à partir d'échanges entre treize spécialistes européens du management stratégique des organisations, pour la plupart enseignants-chercheurs, au cours d'une Journée d'étude et d'échanges organisée sur le thème " Stratégie et Complexité " à l'initiative de l'Atelier n°1 du programme MCX, avec le concours de l'Institut du Management d'EDF et de GDF, le 11 avril 1996.
En voici quelques extraits :

Tout est contingent
« La contingence généralisée de la gestion est une implication directe du postulat d'inachèvement. L'impossibilité que l'on a de maîtriser le fonctionnement des systèmes complexes conduit de facto à une remise en cause du statut de la gestion et, par suite, des gestionnaires. »
« Ce qui pourrait caractériser cette action, c'est justement cette idée de contingence. Une contingence qui ne serait pas restreinte, réduite à quelques facteurs prédéterminés ou préformatés, mais plutôt généralisée. Contingence de l'action, certes indispensable, mais dont on ne pourra jamais être certain de l'efficacité ; contingence de la solution choisie, dont on sait qu'on ne pourra attester de sa robustesse dans le long terme, entre autres à cause des phénomènes d'apprentissage ; contingence du contexte, dont on sait qu'il sera toujours susceptible d'affecter les résultats futurs ; contingence des perceptions des acteurs, et donc des représentations qu'ils construisent etc, etc... »
« Cela signifie que pour agir, le manager, en permanence, simplifie, clôture, établit des limites, définit des règles précises, ou réduit ses modélisations. Dans une problématique couplage/découplage, il s'efforce de " découpler ", c'est à dire de concevoir des " îlots de certitude ", temporairement prévisibles et certains. »
« D'un autre côté, pour mieux appréhender une situation complexe, le manager s'efforce d'aller vers des modèles plus complexes, plus riches, prenant en compte des dimensions jusque là négligées. Cette complexification passe aussi par la création de conditions facilitant l'émergence de nouveaux modes de gestion. »
« L'enjeu est plutôt dans l'équilibration, ou l'incessant arbitrage des actions relevant de l'un ou l'autre de ces pôles. Il est aussi dans la conscience de ce pari, ou du choix d'un mode au détriment de l'autre. Le manager doit être conscient que les clôtures imposées au phénomène, bien qu'indispensables pour décider, ne doivent avoir qu'une existence transitoire, partielle, partiale... et surtout peut être qu'elles ont un caractère artificiel, voire arbitraire ; qu'il les a " délibérément et cognitivement construites " » 
« In fine, on peut aboutir à un principe d'action : pour construire ou choisir le modèle qui simplifie " moins mal que les autres et qui lui permet de décider ", ou qui permet l'action la plus rapide, le praticien est conduit à se construire et à se reconstruire en permanence une réflexion sur les présupposés et les conséquences de ses actions. »

Pourquoi faut-il développer la confrontation dans l'entreprise
« Dans la complexité, aucun des acteurs de l'organisation ne peut se targuer de posséder une représentation complète de l'entreprise et de son environnement. Aussi, rechercher et favoriser des " processus de délibération collectifs " permet d'enrichir mutuellement les compréhensions individuelles, de favoriser la création, sinon d'une représentation commune, au moins d'un " cadre référentiel " partagé, et in fine, met les acteurs concernés en situation de décider et d'agir de façon plus éclairée et mieux coordonnée. »

12 janv. 2010

DES FLEURS DE LA NAISSANCE À LA MORT

Vive les packages créatifs

Au cours des fêtes de Noël, j'ai passé quelques jours dans ma ville natale, Lyon. Un après-midi, je marchais sur le boulevard de la Croix-Rousse, quand mon regard fut attiré par la devanture d'un fleuriste, et surtout par l'inscription écrite sur le côté de la vitrine : événementiel, mariage, livraison, deuil. (voir les photos ci-jointes prises le jour même)

Quelle bonne idée ! C'est la première fois que je vois une offre affirmant aussi clairement un package groupant mariage et deuil.

Avant de lui suggérer quelques idées pour aller plus en avant pour le développement de cette offre, une question : quand ce commerçant parle de livraison, de quelle livraison parle-t-il ? De ses fleurs ? Du deuil ? Très probablement, de ses fleurs. Simplement, je lui conseille de mieux rédiger pour enlever toute projection macabre possible.

Revenons à son concept. C'est évidemment une excellente d'aller vers le package, mais pourquoi s'être arrêté à ce lot de deux ? Et la naissance, le baptême, le divorce…
Donc voilà ma suggestion : un package choisi dès la naissance d'un enfant (on pourrait prévoir une forme de liste de naissance permettant à la famille et aux amis de participer) et qui comprendrait « les fleurs de la vie à la mort ». 
Quelle campagne de communication, ce fleuriste pourrait-il alors lancer ? 
Quelques premières idées 
- « Dès le début, n'oubliez pas la fin »
- « Celui qui vous offre la première fleur vous offrira aussi la dernière »
- « Fleuriste d'un jour, fleuriste toujours »
- « Choisi le premier jour, choisi pour toujours »

11 janv. 2010

LES MERS DE L’INCERTITUDE

Les entreprises, comme les fleuves, doivent trouver les mers qui les attireront durablement

Je commence l'année 2010 avec un nouveau titre pour mon blog : « Les mers de l'incertitude » et non plus « Seule l'incertitude est certaine ». Pourquoi un tel changement ?
Face à l'incertitude qui nous entoure, je vois deux comportements majoritaires.

Souvent, la sensation de perte de contrôle déclenche des réflexes de peur et de crispation. Se développe et se renforce alors la volonté de contrôle. Ces dirigeants visent des montagnes et vont chercher à l'escalader. L'entreprise est comme une cordée qui va monter progressivement vers le sommet. Les aléas et les vents contraires seront combattus par la force de la cordée et sa capacité à se modifier. La montée se passera dans la douleur, mais c'est à ce prix que l'entreprise pourra progresser. Pour cela, on renforce la centralisation et le contrôle, et on confie son destin au premier de cordée, manager charismatique et tout puissant.
Mais cette montagne, comment, dans le flou qui se répand et le brouillard généralisé, la trouver et être sûr que c'est la bonne ? Comment se fier au jugement d'un seul ? Comment la cordée pourra-t-elle résister à une tempête ou à une avalanche ? Est-ce que le fait d'être solidement attachés ensemble, ce n'est pas risquer d'entrainer tout le monde dans la chute ? Comment maintenir une volonté collective si la montée se poursuit sans fin, sans repos au milieu des tourments ?

A l'inverse, d'autres répondent alors par l'abandon de toute volonté préalable et se réfugient dans le court terme : face à l'incertitude, il est inutile de choisir une direction quelconque. Laissons-nous porter par les événements, abandonnons-nous aux forces instantanées et tirons-en parti. Les entreprises qui gagneraient seraient celles qui vivraient dans l'instant. Où vont-elles ? On verra bien, elles iront là où elles pourront. Dans cette fuite dans l'immédiat, on privilégie la rentabilité à court terme. Sans autre projet que cette succession d'actions, de plan de productivité en plan de productivité, on élague, optimise et s'organise sur ce qui est connu.
Mais, quel est alors le sens à l'action ? Un combat constant et sans autre but que la survie immédiate ? Comment fédérer les efforts de chacun ? Comment éviter que l'entreprise ne se désagrège au gré des courants et forces contradictoires ? Comment convaincre les actionnaires si l'entreprise n'a plus aucune vision ou perspective ? Comme ce faisant, on a supprimé toutes les marges de manœuvre, comment l'entreprise va-t-elle faire face à l'imprévu ?

Voilà la tenaille dans laquelle nous nous trouvons pris :comment concilier la poursuite d'un objectif collectif et l'adaptabilité aux aléas ? Comment marier force instantanée et création durable de valeur?

Oublions un moment ce problème et regardons la Seine couler sous le pont Mirabeau. Elle aussi est plongée dans l'incertitude, et pourtant nous savons qu'elle va finir par atteindre sa mer : quoi qu'il arrive, quels que soient les aléas du climat – pluies abondantes ou pas, températures basses ou élevées,… –, quels que soient les aléas du terrain – modification des berges, construction de barrages,… –, l'eau fera son chemin plus ou moins vite jusqu'à cette destination finale. Les perturbations survenues ne viendront pas déstabiliser ce système structurellement stable – sauf si des conditions extrêmes survenaient (sécheresse durable, transformation profonde de la géographie).

C'est ce que j'ai déjà eu l'occasion d'expliquer dans deux articles précédents : « Sous le pont Mirabeau, coule la Seine… » et « Sous d'autres ponts, aussi… », c'est cette caractéristique qui apporte la résilience au fleuve. Elle sait dépasser notre problème : elle a un but, une destination – sa mer – et en même temps, elle s'adapte en temps réel. Pourquoi parce que sa destination est un attracteur : comme ces attracteurs étranges de la mathématique du chaos, la mer fait venir à elle l'eau quoi qu'il ait pu se passer avant.

Voilà l'idée centrale de mon prochain livre (parution prévue pour mai) : comme un fleuve, une entreprise doit se fixer pour objectif, une mer qui sera un attracteur stable dans les aléas de l'incertitude. D'où le nouveau titre.

Comment ? Qu'est ce que j'entends par là ? J'y reviendrai dans les semaines et mois qui viennent…

8 janv. 2010

LA GUERRE AU NOM DE LA VOIX

Histoire de caverne (Saison 4 – Épisode 9)

Aucun accord n'a pu être trouvé avec l'APIHLE. Sa dissolution a été proclamée. Fort de l'appui de Jojo le Devin, elle est bien décidée à ne pas se laisser faire…

Arrêtons-nous pour comprendre d'où venait ce revirement de Jojo, le Devin : pourquoi avait-il décidé de rompre sa collaboration historique avec moi, Bobby, de quitter le CCC et de rejoindre l'APIHLE ?
Jojo avait été mon compagnon dès le début : c'est en discutant avec lui que m'était venue l'idée de lancer une monnaie sous forme des pierres (voir « Pour cent pierres, j'ai une peau d'ours ») et surtout, c'est grâce à son appui et à ses prévisions magiques que j'avais pu m'imposer face à Johnny 
Avait-il eu à pâtir de notre collaboration ? Non, certainement pas. C'est grâce à ma monnaie qu'il avait pu faire prospérer ses propres affaires, s'imposer comme le grand sorcier des cavernes. Il avait eu, un temps, maille à partir avec Paulo, le magicien, mais rapidement, ils s'étaient associés devenant les rois incontestés de la prévision au travers de leur société commune « Prévoir et Savoir » (voir « Le temps des cartels a sonné »).  Plus rien ne l'arrêta alors, et quand l'union des deux mondes fut célébrée, il devint naturellement le Devin des cabanes et des cavernes, le Grand Sorcier.

Non, vraiment, il n'avait aucune raison de se plaindre : il avait réussi et, avec son entrée officielle au CCC, se trouvait au cœur du pouvoir. Mais c'était justement là le problème : arrivé à la cinquantaine, il avait le sentiment d'avoir trahi le jeune Devin qu'il était plus de trente ans plus tôt. Que voyait-il autour de lui : moi qui empilais les billes au fonds des coffres de mes cavernes, Johnny qui multipliait des inventions, toutes plus inutiles les unes que les autres (1), Paulo qui, sans vergogne, manipulait tous les calculs pour obtenir la bonne prévision… et surtout maintenant l'essor des maisons du plaisir et des temples de jeu.
Il se rappelait très bien la vision qu'il avait eue à l'âge de dix ans dans la caverne paternelle (voir « Comment Jojo devint le Devin »).
 Sur le moment, il n'avait pas bien compris ce qui lui était arrivé, et, emporté par l'appât du gain, poussé par ses parents, puis par moi-même, il en avait fait un business. Mais il savait aujourd'hui qu'il avait fait fausse route : l'important n'était pas qu'il ait pu devenir le Devin, l'important, c'était la Voix qui lui avait parlé ce jour-là. Ces dernières années, discrètement, il s'était retiré seul dans une des ses nombreuses cabanes ou cavernes. Là, loin du bruit et de l'agitation du monde, il avait appris à retrouver le chemin de la Voix. Guidée par elle, il avait compris qu'il s'était trompé depuis toujours : il n'avait pas ce don, celui d'entendre la Voix, pour faire des affaires ou aider d'autres à en faire, mais pour être le guide, celui qui allait emmener les hommes vers la Voix. Il était l'Élu.

Quand, il y a quelques années, il croisa Marcel, il ne le reconnut pas immédiatement. Il avait tellement changé. Ce fut la Voix qui l'aida à dépasser les apparences et à retrouver le modeste peintre derrière le chef d'entreprise qu'il était devenu. Il comprit alors que Marcel était là aussi pour se venger. Il lui fut facile d'orienter discrètement la pensée de Marcel, et de lui faire prendre conscience du caractère abject des maisons du plaisir. Jojo avait l'expérience des hommes et de l'art de la manipulation. Si Marcel avait créé l'APIHLE, c'était largement à cause des idées insufflées, l'une après l'autre, par Jojo. L'APIHLE allait être le bras armé de la Voix.
Quand Jojo avait senti que le moment était venu d'agir, il était allé voir Marcel, et lui avait fait comprendre qu'il disposait de tout son soutien. C'est ce qui avait donné le courage à Marcel d'aller affronter le CCC récemment créé.
Aujourd'hui tous les ponts avaient été coupés. Jojo avait démissionné du CCC, rejoint officiellement l'APIHLE et était passé dans la clandestinité.
Au cœur de sa retraite secrète située dans le cœur de la jungle la plus profonde, il venait de passer trois jours à méditer et à réfléchir. Il avait eu besoin de ce temps de recueillement et de ressourcement auprès de la Voix, car il savait que le combat qu'il l'attendait serait rude.
Il avait face à lui la puissance de l'argent, du plaisir et de l'industrie réunies, une union politique forte des deux mondes, le contrôle des média avec l'Écho du Monde et le réseau Internex. Mais il n'avait pas peur : il était l'Élu, celui par lequel parlait la Voix.
Il se devait de détruire le CCC qui n'était qu'une association de malfaiteurs dont le but était de faire sortir les hommes des cavernes et de promouvoir le progrès. Car ce n'était pas le fait que le CCC soit un organe de pouvoir au profit d'un tout petit nombre de personnes qui gênait Jojo – lui-même n'était pas du tout un démocrate et comptait bien concentrer un maximum de pouvoirs entre ses mains. Non, c'était que ce pouvoir pour exister poussait les hommes vers le progrès. Or le progrès était le grand ennemi de la Voix. Elle le lui avait dit.

Jojo quitta sa retraite pour rejoindre Marcel et les troupes de l'APIHLE. Le combat pour la Voix allait commencer. Il serait sans merci.

(Fin de la saison 4)


(1) Comme sa dernière invention : il venait d'avoir l'idée de mettre des roues dans la rivière. Les roues tournaient sous l'effet de la force du courant et, grâce à cela, on pouvait voir tourner de grandes constructions faites de branchages dans le ciel. Johnny appelait de cela de « l'art mobile ». Mais qui pouvait s'intéresser à de « l'art mobile », et qui pouvait penser que faire tourner des roues dans l'eau puisse un jour servir à quelque chose ?

7 janv. 2010

LA GUERRE ÉTAIT INÉVITABLE

Histoire de caverne (Saison 4 – Épisode 8)

Le désir de vengeance de Marcel, le Président de l'APIHLE, vient de loin. Il est en train de l'assouvir.

« Voilà la liste de nos revendications, continua Marcel.
- Interdire l'accès aux maisons du plaisir et temples du jeu à toute personne de moins de 21 ans,
- Interdire de servir plus de 3 verres d'élixirs par personne et par jour,
- N'ouvrir les maisons du plaisir et de temples du jeu que de 18 à 23 heures,
- Interdire tout commerce du sexe dans aucun établissement,
- Interdire tout localisation d'une maison du plaisir et d'un temple à moins d'un kilomètre de toute zone habité, c'est-à-dire groupement de plus de 5 cabanes ou grottes,
- Ne plus mélanger les humains avec les chimpanzés ou gorilles   
- Quoi, explosai-je. C'est quoi cette histoire : vous demandez à ce que l'on sépare les humains des gorilles et des chimpanzés.
- Oui, au nom de la défense de l'identité humaine. Notre race est fragile et doit être défendue. Si nous laissons ces animaux – car, enfin les singes et les chimpanzés ne sont que des animaux – vivre à notre contact, ils vont nous corrompre. L'avenir des hommes et des femmes n'est pas de retourner dans la jungle. Dans les tripots d'Isabella et Johnny, l'homme est ramené à l'état d'une bête : il s'enivre, joue et s'accouple. Et parfois avec un gorille et un chimpanzé. C'est une honte. »

Un silence glacial régnait à l'intérieur du conseil. Tout le monde avait été figé par les propos de Marcel.
- Bien, je crois que l'on en a assez entendu, dit Johnny, présent via Internex(1) . Pour ma part, je trouve des propos proprement scandaleux. Sans les gorilles et les chimpanzés, aucune de nos tours ne serait habitable.
- Et pourquoi avons-nous besoin de ces tours ? L'homme n'est pas un singe, il n'est pas fait pour habiter en hauteur.
- Bien, le coupai-je, tout est dit. Je propose que l'on s'arrête là. Monsieur Marcel, je pense comme Johnny que vous propos sont inadmissibles. Aussi, nous n'irons pas plus loin avec vous maintenant. Le conseil va délibérer et vous fera connaître sa décision.
- Très bien, répondit Marcel en se levant. »
Il se dirigea vers la sortie de la caverne, se retourna alors et ajouta avec un sourire glacial : « Tu n'as pas changé depuis tout ce temps. Mais tu vas le regretter… ». Et il sortit.
« Qu'est-ce qu'il a bien pu vouloir dire, pensai-je ? »

Après deux heures de délibération, le CCC, à l'unanimité moins une voix – celle de Jojo –, vota la dissolution de l'APIHLE, jugée dangereuse et incompatible avec la déclaration des droits des HCC (Hommes, chimpanzés et gorilles). Cette déclaration venait d'être rédigée et approuvée par le CCC. En fait c'est ce qui avait pris l'essentiel des deux heures. La discussion avec Jojo avait été âpre. Se voyant mis en minorité, il quitta le conseil.
Cette déclaration était très courte et se résumait à trois articles :
- Article 1 : La force de l'être humain repose dans sa liberté et de faire ce qu'il a envie.
- Article 2 : Cette liberté ne peut être limitée en aucune façon, sauf si cela nuisait au bon fonctionnement du monde des cabanes et cavernes.
- Article 3 : Seul le CCC est autorisé à définir si une initiative particulière devait être interdite, car allant contre l'intérêt collectif
La décision concernant l'APIHLE était la suivante :
- Attendu que l'APIHLE veut restreindre les possibilités d'ouverture et d'accès aux maisons du plaisir et aux temples de jeu,
- Attendu que ceci est contraire à l'article 1 de la déclaration des droits des HCC, et que l'APIHLE n'a pas fait la démonstration que ceci était motivé par une disposition pouvant entrer dans l'article 2,
- En application des pouvoirs qui lui sont octroyés par l'article 3 de la susdite déclaration, le CCC déclare illégale l'APIHLE et proclame sa dissolution.
La déclaration et la décision furent publiées le lendemain par l'Écho du Monde.

24 heures plus tard, dans une grande clairière, Marcel réunissait tous les adhérents de l'APIHLE (du moins tous ceux résidents dans le monde des cavernes. Les autres furent prévenus plus tard via Internex)
« Non, nous ne nous laisserons pas détruire au nom d'une liberté théorique, cria Marcel. C'est nous, les vrais garde-fous de l'humanité, et non pas le CCC. Le CCC n'est que le garde-fou du pouvoir de quelques-uns et surtout celui de Bobby. J'en ai la preuve. J'ai le plaisir d'appeler à la tribune celui qui, de tout temps, a été le guide spirituel de l'humanité des cavernes. Celui qui vient de quitter le CCC. Notre sorcier, Jojo. »
Un tremblement parcourut la foule et Jojo monta à la tribune.
« Mes amis, je vous le dis. L'humanité est l'œuvre des Dieux et seuls les Dieux peuvent décider de la défaire. Or les Dieux parlent au travers de moi, et non pas au travers d'un quelconque CCC. Au nom des Dieux, je proclame la dissolution du CCC. J'en appelle de plus à la destruction de toutes les maisons du plaisir et des temples de jeu »

Le lendemain, les incendies de maisons du plaisir et de temples de jeu commencèrent. La guerre était déclarée.

(à suivre)

(1) Internex avait été fusionné avec Intervox, le tout s'appelant maintenant Internex. Cette fusion mené par mon fils Thomas (voir épisodes précédents) avait conduit à sécuriser les connexions (fonctionnement quelque soit le temps) et fiabiliser la qualité (on avait un temps de réponse de jour inférieur à la minute).

6 janv. 2010

LA VENGEANCE EST UN PLAT QUI SE MANGE FROID

Histoire de caverne (Saison 4 – Épisode 7)

Rien ne semblait pouvoir enrayer le développement des maisons du plaisir et temples du jeu, quand apparut l'APIHLE.

Marcel exultait. Après des années passées à ruminer sa vengeance, il la tenait enfin. En tant que Président de l'APIHLE (Association pour la préservation de l'identité humaine et la lutte contre les élixirs), il allait leur en faire voir…
Mais qui était donc ce Marcel et pourquoi en voulait-il autant à moi, Johnny et Jojo ? Pour cela, il me faut remonter bien longtemps en arrière, quand je n'étais encore qu'un modeste entrepreneur spécialisé dans la décoration des cavernes (voir le début de la saison 1 : Comment je suis devenu banquier pour ne plus avoir à faire du troc). À l'époque, je n'exécutais pas moi-même les peintures rupestres, et les sous-traitais à un jeune artiste de talent, Marcel. C'est pour payer Marcel que j'avais fait connaissance avec Johnny, trouvé l'idée des pierres comme monnaie d'échanges et que tout avait commencé.
Marcel, lui, avait continué sa carrière d'artiste, ou du moins avait essayé. Voir mon ascension et celle de Johnny l'avait bloqué : il m'en voulait de ne pas l'avoir associé à mes affaires, et rapidement avait passé ses journées à imaginer que, sans lui, nous ne serions arrivés à rien.

Il y a une dizaine d'années, un peu avant l'arrivée de Jordana et Isabella, Jojo le devin était allé le voir pour lui commander une nouvelle peinture. Quand il avait vu dans quel état se trouvait Marcel (sa caverne était un amoncellement d'os mal rongés, ses peaux de zèbres étaient à moitié rongées par des cohortes d'insectes – Marcel avait depuis toujours la passion des peaux de zèbre –, et même ses peintures rupestres avaient été volontairement raturées…), il était reparti sans lui dire un mot. Il s'était ensuite répandu de partout, en se moquant de l'état de la caverne de Marcel. Il était aussi à l'origine d'un article paru dans l'Échos des Cavernes : « Marcel ou la fin d'un talent ».
Ce fut la goutte d'eau de trop : Marcel plongea encore plus profond. Ce qui le sauva de la dépression, ce fut la haine qu'il développa contre moi, Johnny et Jojo. Elle devint sa fixation, sa raison d'être. Il vécut dès lors dans l'obsession de se venger. Malheureusement pour lui, les années passant, nous devenions de plus en plus puissants. Marcel avait bien pensé s'en prendre à nos enfants, mais il n'avait pas pu : il voulait viser non pas à des enfants innocents, mais directement nos personnes et nos affaires.

Les années passèrent. Petit à petit, Marcel avait remonté la pente. Il s'était remis à la peinture. Quand il avait vu apparaître les cabanes, cela lui avait donné une idée : comme les cabanes étaient un moyen d'habiter là où on voulait et de se libérer de la localisation forcée des cavernes, il avait imaginé de peindre sur des morceaux de bois et non plus sur les murs. Ainsi on pouvait déplacer ses peintures, les mettre n'importe où, et les emmener avec soi. Le succès fut immédiat. Aujourd'hui Marcel était à la tête d'une entreprise prospère de décoration murale, « Decorama ». Il employait une centaine de personnes et était présent des deux côtés du monde. Lui-même peignait encore de temps en temps pour le plaisir.
Il avait renoué des relations d'abord avec nous via Jacques et Jordana. En effet ceux-ci étaient ses premiers clients : Decorama avait le décorateur exclusif de « Cabanes de rêves », la société de J&J. Un soir, il fut présenté à Jojo qui ne reconnut pas en lui le Marcel pauvre et à moitié fou qu'il avait connu, il y a longtemps. Il ne dit évidemment rien et cacha sa haine, attendant le bon moment.

Marcel fut donc aux premières loges pour assister à l'essor des maisons du plaisir, puis des temples du jeu. Il avait gardé de son plongeon une fixation sur la santé physique et morale : il ne s'en était sorti qu'au prix d'une ascèse personnelle extrêmement ferme. Aussi fut-il extrêmement choqué par la luxure promue par ces lieux. Il sentit qu'il tenait enfin sa vengeance : en s'attaquant à ces lieux de débauche, il allait faire d'une pierre deux coups, nous attaquer enfin et défendre l'ordre moral auquel il tenait.
Discrètement, il créa l'APIHLE et commença à recruter auprès de tous les déçus de ce monde en train de devenir moderne. Il avait déjà une centaine de membres quand survinrent les accidents de chars. Son association apparut alors au grand jour en lançant sa célèbre campagne(1) : « Pour des cavernes et des cabanes propres ».

Le lendemain, il avait rendez-vous avec le conseil des cabanes et cavernes (le CCC), organe dirigeant des deux mondes(2).
« Nous ne vous laisserons pas mettre en péril la santé morale de nos enfants, commença-t-il »
Je le regardais en me demandant si j'avais eu raison de créer le CCC et d'en prendre la présidence…

(à suivre)

(1) Cette campagne est enseignée à HECC (L'École des Hautes Études des Cavernes et Cabanes) comme étant la première utilisation de la communication moderne pour le lancement d'une cause politique.

(2) Le CCC a été la formalisation logique de l'instance qui gouvernait de fait les deux mondes. Il comprenait outre moi, Johnny, Jojo, Jacques, Paulo, Jordana, Christina et Isabella. Pour asseoir sa légitimité, nous nous étions contentés d'annoncer sa création dans un numéro spécial de l'Écho des Deux mondes. Comme nous étions tout puissants, pourquoi faire compliqué ? J'avais été élu premier Président du CCC, Christina Vice-Présidente et Jojo Secrétaire.

5 janv. 2010

SEXE, ÉLIXIR, TAM-TAM… ET JEU

Histoire de caverne (Saison 4 – Épisode 6)

Grâce au succès des maisons du plaisir, l'économie des deux bouts du monde tournait à plein. L'argent et le temps gagné étaient recyclés pour mon plus grand profit. Et Johnny venait d'avoir une nouvelle idée.

Dans son message, Johnny m'annonçait aussi son arrivée prochaine. Quelle pouvait bien être cette idée géniale qui justifiait qu'il quitte le confort de sa position de vice-roi de Christoville ? J'allais le savoir bientôt…
Une semaine plus tard(1), le crissement d'un attelage me prévint de l'arrivée de Johnny : il n'y avait que lui pour faire un tel ramdam. Je sortis pour l'accueillir.
« Que dis-tu de mon nouveau véhicule, me dit-il en me montrant un drôle de char ». 
Son char était plus étroit que les autres, doté seulement de deux roues (au lieu de quatre, voire six habituellement), et tenait en équilibre, car il était relié à l'avant à une magnifique paire de bisons(2). L'ensemble était un peu ridicule, fragile et clinquant, mais Johnny avait l'air si content d'être le centre de tous les regards…
« C'est un véhicule personnel. Idéal pour une course rapide ou une ballade en amoureux.
- Si tu le dis… »

Quelques minutes plus tard, nous étions assis chez moi, chacun ayant en main une coupe remplie d'un des élixirs d'Isabella.
« Toujours aussi délicieux, cette boisson, commença Johnny.
- Oui, et maintenant, on peut les acheter dans un nouveau réseau de cabanes que vient de monter Isabella. Ce sont de petites cabanes où l'on peut trouver un peu de tout, et, bien sûr, en premier, ses boissons. Elles appellent cela des « Elixstores ». C'est la dernière mode d'aller y faire ses courses. Mais tu n'as pas fait tout ce chemin pour m'entendre parler des elixstores.
- Non, effectivement. Mais cela constitue une bonne introduction, car cela montre le potentiel de développement qu'il y a encore derrière les idées d'Isabella.
- Je t'écoute.
- L'idée centrale d'Isabella a été de transformer le temps libre et le goût au divertissement en un business rentable. Idée simple et brillante, comme toutes les bonnes idées. Pour cela, elle s'est appuyée sur deux tendances majeures de tous les êtres vivants, gorilles et chimpanzés inclus : le goût du sexe et le besoin de s'évader. Pour le sexe, elle a eu l'intelligence de proposer un peu de tout, permettant à chacun selon ses envies de trouver ce qu'il cherche. Pour l'évasion, elle s'en est tenue à la boisson. Certes, elle propose toute une variété d'élixirs, mais cela reste de la boisson. Il y a d'autres façons de s'évader. Jacques, avec ses cavernes, puis ses cabanes au bord des lacs (voir les saisons précédentes), a proposé un peu d'évasion. Mais cela reste très artisanal.
- Tu veux développer un nouveau réseau de cabanes de vacances ?
- Attends… Il y a aussi une autre tendance naturelle, pour l'instant sous-exploitée : le jeu. Regarde des enfants : ils jouent. Idem pour les chimpanzés et les gorilles. Regarde des adultes : ils se racontent des histoires, essaient de se battre à la course, cherchent à viser de loin un arbre avec leur lance… Ils jouent aussi. Or, aucune offre organisée dans le domaine du jeu, rien. Donc mon idée est simple : elle est de compléter la trilogie d'Isabella – sexe, élixir, tam-tam – en y ajoutant le jeu. Je me propose de lancer avec Jacques un nouveau réseau de cabanes où tout un chacun pourra jouer. Ces cabanes seront situées à proximité soit d'un site exceptionnel (lac, point de vue,…), soit d'un centre de vie. Elles proposeront un ensemble associant logement, boisson et jeu. Pas de sexe et pas de musique, pour respecter l'exclusivité accordée à Isabella. Nous ne cherchons pas la guerre.
- Intéressant. Quel type de jeu trouvera-t-on dans ces cabanes ?
- Nous sommes en train de travailler dessus. Nous voulons nous inspirer à la fois des jeux des enfants et de ceux des adultes. Un mélange d'adresse, d'intelligence et de chance. Je suis venu ici pour finaliser tout cela avec Jacques. J'ai avec moi quelques maquettes, mais je préfère ne pas t'en parler pour l'instant. Dernier « détail ». Nous sommes à la recherche de financement pour monter ce projet. Tu es partant ?
- Sur le principe, oui. Reste à analyser plus précisément votre projet, connaître vos besoins financiers et définir ma part correspondante. Je vais demander à ma fille Dorothée de suivre ce projet. Autant Thomas est bon quand il s'agit de chiffres et de technologie, autant quand il s'agit de montages complexes, sa sœur est bien meilleure. Et il est temps qu'elle ait sa propre affaire…

Trois mois après cette discussion, l'Écho du monde annonçait la naissance du premier « Temple du jeu ». Pourquoi « Temple » ? Parce que finalement Johnny et Jacques avait décidé d'enrichir leur offre en lui donnant un côté religieux qui ajoutait une caution de sérieux : les clients pourraient dire qu'ils venaient là, non pas pour le jeu ou le plaisir, mais pour le bien de Dieu. Aussi Jojo avait participé à l'élaboration du concept.
Pour la partie jeu, l'offre était multiple. A l'extérieur du temple, on avait aménagé de grands espaces dans lesquels allaient se dérouler des compétitions : celui qui courait le plus vite, celui qui lançait le plus loin, celui qui tuait le plus d'oiseaux,… On pouvait jouer soit en participant soi-même à la compétition, soit en pariant sur qui allait gagner. A l'intérieur du temple, on trouvait des tables sur lesquelles on pouvait faire rouler des boules de pierre. Ces boules rebondissaient sur les bords de la table et pouvaient tomber dans un trou ou un autre. Pour gagner, il fallait avoir parié sur le bon trou.
Pour la partie logement et boisson, pas de problème. Jacques s'y connaissait. De plus, Isabella, comprenant l'intérêt pour elle de ce nouveau débouché, avait accepté d'y vendre ses boissons.
Dès l'ouverture, la foule se pressa. Un mois plus tard, ouvrait le deuxième temple. Un an plus tard, il y avait vingt temples, venant s'ajouter à la centaine de maisons du plaisir et à la dizaine d'elixstores.

C'est alors que se produisirent les premiers accidents de chars et que certains gorilles se mirent à échapper leur cargaison. Quand cela aboutit à la première mort d'un homme (il avait été lâché par un gorille alors qu'il atteignait son appartement, situé au niveau 4 d'une tour du futur), naquit l'association pour la préservation de l'identité humaine et la lutte contre les élixirs, l'APIHLE…

(à suivre)

(1) La piste qui réunissait les deux bouts du monde avait été considérablement améliorée, ne serait-ce que pour l'entretien des réseaux Internex et Intervox. Le courant de marchandises s'était aussi considérablement accru. Résultat : on pouvait faire le trajet en guère plus d'une semaine.
(2) En fait les animaux en question n'étaient pas exactement des bisons, mais une espèce rare et aujourd'hui disparue, dont, même moi, j'ignore le nom. Alors on va se contenter de les appeler « bison », c'est plus simple !
 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]